Stéphane Marceau à la Maison Natale de Louis Fréchette deuxième partie !

Le 19 juin 2021 la Maison natale de Louis Fréchette nous invitait au lancement de l'exposition «Refuge» de l'artiste aux multiples talents Stéphane Marceau, dans le sillon de cette journée, voici un extrait des propos que Stéphane tenait devant les journalistes et invités de cette journée.

Stéphane Marceau«Tout d'abord, sachez que toutes les œuvres sont vendues d’avance, j’ai des commandes pour 5 à 7 ans d’attente de la part de mes clients.

Le Monument, coût ouvrier autour de 5 millions, sur les grands marchés de l’Art cela devrait tourner autour de 30 millions $. Cela aura 5000 pieds carrés, équivalent de la surface labourée actuellement c’est l’espace du monument. Il y aura des fonctionnalités dedans dont une grande terrasse en bois brûlé qu’on appelle la technique « Shou sugi ban », on le brûle, ensuite on le brosse et on le traite à l’huile. Le bois après cela a une durée de vie de 100 ans. Les matériaux du monument eux auront 500 ans de durée de vie, j’utilise des résines spécialisées de l’aéronautique.

Il y aura aussi un foyer, j’ai récupéré un vieux de 1890 qui sera fonctionnel, avec la terrasse, cela donnera une base pour fêter et les gens pourront faire ce qu’ils veulent dessus. Il y aura derrière 120 pieds de vitraux par 8 de haut comme les cathédrales de Barcelone pour cacher le parking derrière le monument, - vitraux que je fais moi-même aussi ! Ce sera courbé pour conserver les lignes de forces et ne pas casser le design et écraser la maison. Je ferai tout au complet seul, les artistes habituellement ont leurs ouvriers moi je fais tout de mes mains. Ce sera solide, le sol est déjà très compacté, mais pour éviter que cela bouge, j’utiliserai la technique en alvéoles inventée par les Finlandais. On met toutes les bases en formes d’alvéoles et cela résiste aux mouvements de terrains s‘il y en a mais tout reste stable. L’acier : je le coupe, le soude et fabrique toutes les formes au complet moi-même.

On espère que cela servira aux gens aux alentours, car on a un objectif d’apport socio-économique en plus de la promotion de l’art et de la culture. C’est une première mondiale, c’est historique, un artiste qui fait tout de « A à Z » (Surtout ça rend jaloux !) Une exposition en même temps qu’un monument, c’est aussi une première mondiale, on a cherché et cela n’existe pas !

Suzanne, Nathalie, Caroline, Lise ce sont des dames gentilles, elles me surveillent à journée longue pour pas que je fasse trop de niaiseries. Elles ne sont pas là tout le temps mais elles se relaient, ahaha ! Je fais des blagues, elles sont toutes des personnes gentilles et Jean est tannant. 

Parcours : Je suis parti de pas grands choses dans la vie. Je suis né, je suis allé à l’école, à l’école, à l’école, à l’école, à l’école...J’ai plusieurs métiers, je suis maître artisan, un maître mécanicien industriel, maître soudeur AAA, charpentier-menuisier, microbiologiste, j’ai une maîtrise en nursing pour les soins d’urgence, et artiste...

Le parcours c’est simple, on fait notre vie, on fait notre vie, on fait notre vie. Je me lève le matin, je prends des décisions, je les abouties, je me couche, je dors, je me lève le lendemain matin et je prends encore des décisions. C’est simple de même ! Il arrive d’autre chose, je pars sur autre chose, je prends des décisions et je les abouties. C’est simple comme ça ! La magie des choses ben y’en a pour qui cela fonctionne et pour d’autres que cela ne fonctionne pas. C’est un domaine l’art, c’est difficile à expliquer ce n’est pas comme un chirurgien qui sort de l’école et qui a un job garanti. Y’a pas de c.v., c’est toi qui fais tout et en 4 ou 5 ans si cela ne fonctionne pas ben fait autre chose, c’est comme dans un autre métier. On ne voit pas des métiers où quelqu’un s’acharne aussi longuement et que rien ne se passe. Ben c’est comme ça dans mon métier. J’aurais aimé faire l’école des arts mais ça n’a pas marché pour moi, ils ne me trouvaient pas assez bon ! Ce qui m’inspire, c’est l’humain. Je peins ce que je vois de l’homme. J’observe beaucoup, je vois, je lis les corps, le non-verbal, les expressions, les postures et cela me parle de chaque personne devant moi.

Stéphane Marceau - Chapeau MelonOmbrage Faut donner aussi. Que les gens s’investissent un peu, on entend souvent dire faut donner faut donner mais qui donne réellement ? Souvent c’est pour avoir une rétribution mais là je donne et on verra, on espère que cela servira aux gens aux alentours, que ça les inspirera !

Pour moi tout est simple, on le fait on va jusqu’au bout de ce qu’on a à faire. J’ai d’autres projets en parallèle aussi. J’ai St-Basile qui m’a approché pour modifier le centre-ville au complet, ils veulent une approche artistique. J’ai aussi l’Espagne. L’Italie avec l’Unesco pour un autre truc.

Pour les matériaux, on fait de notre mieux avec ce qu’on a. Ici il y a les pénuries, je suis limité à 50 morceaux, j’en ai besoin de 5000, alors je cherche, je fais un arrêt ici et là, Drummondville, Trois-Rivières. Il y a des fermiers qui m’ont aussi aidé avec de l’acier. Eux avaient des poutres, pas rouillé, pas plié, je les ai travaillés au complet et j’ai pu faire ma charpente. Le ciment est à 6 ou 7 fois le prix depuis plus d’un an, le quartz pour mettre dans le ciment blanc il n’y en a plus, le ciment blanc je le paie 35$ la poche, je ne peux pas mettre de la terre brune dedans, ca va donner du brun donc je dois planifier, anticiper, trouver des solutions des alternatives pour arriver à mon objectif sans jouer sur la qualité et l’esthétisme. C’est un peu difficile mais c’est correct, je me débrouille.

Je compte prendre les prochains mois pour ériger le monument Nordöstra cela devrait s’échelonner jusqu’en septembre probablement. On est là tout l’été si vous voulez venir prendre un café, vous droguer, vous êtes livre de faire ce que vous voulez, moi je suis tranquille !»