Premier concert d’octobre, l’Orchestre symphonique de Québec à ne pas manquer !

Orchestre symphonique de QuébecOmbrage Pour son premier concert d’octobre, l’Orchestre symphonique de Québec vous propose un dimanche en compagnie de Beethoven, Dvořák et McCartney. Le directeur musical du Canadian Opera Company, Johannes Debus, qui fait partie des candidats potentiels à la succession de Fabien Gabel, propose ce programme inspiré de la nature.

D’abord, Spiral, une œuvre classique impressionniste dans laquelle Paul McCartney, l’ex Beatles, nous transporte dans un univers bucolique. Suivra le Concerto pour violoncelle de Dvořák, œuvre mélancolique infusée du même caractère que la Symphonie « Du Nouveau Monde ». Monument du répertoire pour violoncelle, le concerto est interprété par Victor Julien-Laferrière, lauréat du Premier Prix du Concours Reine Elisabeth en 2017 et Victoire de la musique classique 2018 dans la catégorie « soliste instrumentiste de l’année ». Pour clore, l’énergique Symphonie no 7 de Beethoven qui fait appel à une rythmique irrésistible et audacieuse. Wagner a d’ailleurs qualifié ce chefd’œuvre « d’apothéose de la danse qui nous entraîne à travers tous les espaces de la nature ».

OSQ 3Octobre 2021Ombrage Le vendredi 8 octobre et le samedi 9 octobre, l’Orchestre présente son premier concert pop de la saison, James Bond. Ce concert tant attendu qui devait avoir lieu à l’hiver 2021 et qui a été annulé en raison de la pandémie a finalement trouvé sa place cette saison-ci, au plus grand bonheur des admirateurs de l’agent 007. Aston Martin, Walther PPK, champagne Bollinger et vodkas martinis sont la toile de fond de ce programme prestigieux à souhait, un voyage musical à travers les films du plus célèbre agent secret. En compagnie du groupe invité Jeans ’n Classics, les Goldfinger, Skyfall, Live and Let Die nous propulseront au cœur de l’action et feront revivre ces mythiques acteurs qui ont incarné 007, juste à temps pour la sortie du film Mourir peut attendre.

OSQJamesBondOmbrage Le mercredi 13 octobre, l’Orchestre se déplace au Palais Montcalm pour le concert hors-séries La Symphonie « Du Nouveau Monde ». La jeune cheffe italienne Valentina Peleggi, aussi en lice pour succéder à Fabien Gabel, dirige un programme teinté d’influences françaises, tchèques et même américaines!

En ouverture, le Tombeau de Couperin, dans lequel Ravel rend hommage aux grands compositeurs de l’époque baroque dans une suite de quatre danses. Chaque mouvement de cette suite est dédié à l’un des amis du compositeur. Le pianiste israélien Inon Barnatan nous transporte ensuite dans un tout autre univers avec le Concerto pour piano no 2 de Saint-Saëns. Cette œuvre flamboyante permet au soliste d’exprimer toute sa sensibilité et sa dextérité. C’est l’occasion de souligner ici le 100e anniversaire du décès de ce compositeur encore trop sous-estimé. La célèbre Symphonie « Du Nouveau Monde » termine le concert sur une note éclatante. Dans cette œuvre remplie d’espoir, Dvořák s’inspire des paysages et des sonorités américaines tout en restant fidèle aux traditions de la musique de son pays natal, la République tchèque.

OSQ - Symphonie du Nouveau MondeOmbrage