Sur paroles, la culture hip-hop dans toutes ses dimensions au musée de la civilisation !

L'exposition sonde non seulement les fondements du hip-hop québécois, mais aussi l’importance des communautés afro-descendantes et leur influence sur ce mouvement, les débuts de la diffusion et de la scène hip-hop, les codes et les bases de cette culture et ses multiples expressions au Québec.

Sur paroles au musée de la civilisation

Québec, le 9 novembre 2023 - Du 10 novembre 2023 au 2 septembre 2024, le Musée de la civilisation invite le public à entrer dans une nouvelle ère du son avec Sur paroles. Le son du rap queb. Cette exposition, développée en collaboration avec l’artiste hip-hop et conférencier Webster, et à laquelle de nombreux représentants et représentantes de la communauté hip-hop d’hier et aujourd’hui ont collaboré, retrace l’histoire de ce mouvement culturel majeur, met en lumière ses artisan.es et démontre comment leurs luttes et leurs propos ont influencé notre société au fil du temps.

Longtemps considéré comme une culture marginale, le hip-hop est un univers dense, fruit d’une diversité culturelle indéniable qui fait résonner des préoccupations sociales importantes. Son émergence dans la société québécoise témoigne du chemin parcouru, et de celui qu’il reste à faire, pour connaître, reconnaître et faire entendre toutes ses voix dans leur riche pluralité.

Si aujourd’hui il est possible d’affirmer que le hip-hop façonne des changements dans la culture en général, c’est qu’il s’est sérieusement imbriqué dans nos sociétés, faisant son apparition au Québec au début des années 1980. Pour souligner ses 40 ans, retracer son histoire et celle des artistes qui portent cette culture et ses revendications depuis ses débuts, Sur paroles. Le son du rap queb en expose les multiples dimensions et permet de prendre la juste mesure de la place de ce mouvement dans la culture québécoise.

Plongé en pleine réalité sonore augmentée, grâce à un parcours auditif spatialisé supporté par une technologie de pointe novatrice développée par le Musée, le public y découvre un corpus éclectique composé de près de 200 objets récoltés auprès de 60 prêteurs, des témoignages vivants, des textes riches et profonds, et surtout toute la poésie, l’engagement et la pertinence de ces artistes aux multiples talents. De ses origines dans le Bronx, à New York, à son émergence au Québec, Sur paroles. Le son du rap queb sonde non seulement les fondements du hip-hop québécois, mais aussi l’importance des communautés afro-descendantes et leur influence sur ce mouvement, les débuts de la diffusion et de la scène hip-hop, les codes et les bases de cette culture et ses multiples expressions.

Le Musée de la civilisation célèbrera, le 24 novembre prochain, l’ouverture de cette exposition en présence de nombreux artistes, acteurs de la communauté et partenaires de création lors d’une soirée festive en musique avec DJ Nerve, DJ Sin Less, Érika Zarya, Manu Militari, Raccoon, Sans Pression et Taktika, à laquelle le grand public a été invité gratuitement et qui affiche déjà complet !

Sur paroles au musée de la civilisation

Citations « Il y a dans le hip-hop une dimension sociale, et en même temps, une poésie unique, qui nous remue. Nous avons eu envie d’explorer cet univers et d’en comprendre mieux les origines, de faire connaître les artistes qui en font partie, et ce qu’ils et elles ont à dire. Le Musée célèbre cette année ses 35 ans et est plus que jamais de son temps : engagé, inclusif, innovant et audacieux. Notre programmation actuelle en témoigne, et nous poursuivons dans cette trajectoire. Sur paroles. Le son du rap queb est une invitation à dépasser les perceptions pour plonger dans une culture unique, vibrante et, ultimement, nous ouvrir à l’Autre. »
- Stéphan La Roche, président-directeur général, Musée de la civilisation

« C’est une grande fierté et un honneur pour moi de collaborer avec le Musée de la civilisation. Dès le départ, je voulais faire de cette exposition un outil pédagogique afin que la population en général puisse mieux comprendre cette culture qui nous a tant apporté et, par le fait même, la manière dont les voix racisées au Québec ont pu être amplifiées grâce au hip-hop. J’espère aussi que les adeptes de la première heure, les real hip-hop heads, puissent se retrouver dans ce projet et se dire “oui, nous voilà. »
- Webster

Pour plus de détails. suivez ce lien qui vous dirigera sur le site du Musée