Marie Denise Pelletier et la Sinfonia de Lanaudière au Palais Montcalm !

Marie Denise Pelletier et la Sinfonia de Lanaudière au Palais Montcalm Ombrage Ce samedi 9 octobre 2021 à 19h30 les spectateurs de la Salle Raoul Jobin du Palais Montcalm et les gens qui avaient accès en webdiffusion ont pu assister à la première du spectacle de Marie Denise Pelletier «Léveillée entre Claude et moi» avec un grand orchestre et ont pu sentir la fébrilité de la chanteuse qui était si heureuse de nous retrouver tous après de si long mois d'absence des arts vivants Campé dans l’atmosphère des années 60 et mis en scène par Serge Postigo, ce spectacle de Marie Denise Pelletier rend hommage à Claude Léveillée et traite du rapport qu’a eu la chanteuse avec cet artiste auquel on doit une foule d’airs incontournables, qu’il s’agisse de Frédéric, de La légende du cheval blanc ou des Vieux pianos.

Afin de donner à ce répertoire toute son ampleur et à l’occasion des 10 ans du décès de Claude Léveillée, Marie Denise Pelletier s’entoure de la Sinfonia de Lanaudière, soit de 10 musiciens sous la direction du chef Stéphane Laforest. Un concert bien spécial, qui a su ravir autant les fans de Marie Denise Pelletier que ceux de Claude Léveillée et de la chanson québécoise. Elle débute magistralement avec «La scène» nous montrant une belle profondeur et sa passion pour Léveillée. Marie Denise Pelletier avait fait voyager ce spectacle-hommage à Léveillée à travers le Québec en 2018 et 2019. Un album du même nom avait précédé les spectacles. Elle était alors accompagnée de quatre musiciens, dont son complice, le pianiste Benoît Sarrasin. Ce soir elle reprend le tout avec un grand apport musical qui donne un autre ton parant ainsi de leurs plus beaux atours les compositions de Léveillée.

Sinfonia de Lanaudière Ombrage Photo: Sinfonia de Lanaudière à Québec en Juillet 2016 - Archives Media des 2 Rives

Elle nous parle tout au long de sa relation avec Léveillée voulant lui donner un écrin de rêve ici au Palais Montcalm et nous amène dans son voyage à travers le temps. Elle interprète les succès «Le rendez-vous» , «Avec vos yeux» ou «Taxi» qui lui rappelle des souvenirs particuliers comme lorsque petite son père était chauffeur de taxi, ce qui lui avait aidé à comprendre le travail de son papa. Elle nous parle aussi d'Edith Piaf qui avait séquestré Léveillée pendant un an à Paris pour qu'il écrive pour elle. Elle poursuit avec «Emmène moi au bout du monde», «Pour quelques arpents de neige», «Mon pays» ou «Maintenant je repars» entre autres.

Elle se rappelle lorsqu'ils ont tous les deux participé au Festival du voyageur à St-Boniface enchaînant avec «Ne dis rien» pendant que le silence les réunissait. Après deux pièces musicale d'André Gagnon qui était le ler directeur musical de Léveillée elle continue avec «Les vieux pianos» et «Le premier amour du monde». Pour Léveillée la mort signifiait l'absence donc elle nous dit que le 9 juin 2011 Claude Léveillée s'est absenté, enchaînant avec «le thème du monde de Marcel Dubé», une belle douceur murmuré à son oreille.

Bien entendu un incontournable «Frédéric» chanté avec la chorale du Palais Montcalm tout comme «Le temps d'une chanson» le temps de dire je t'aime terminant avec la Sinfonia de Lanaudière pour un poème de Gilles Vigneaut «Je viendrai mourir» qu'elle a chanté tout doucement- Elle se souviendra toujours de cette belle soirée soulignant le travail exceptionnel de tous les musiciens qui ont rendu ce rêve une réalité