JEAN-PIERRE FERLAND – CHANTE À LA GRANDE FÊTE DE LA CÔTE DE BEAUPRÉ

C’est sous un soleil radieux et un ciel bleu que s’est déroulé le cocktail d’ouverture du IGA Boucherie Chouinard et fils; plusieurs dignitaires et invités spéciaux ayant répondu à l’invitation ont pris plaisir à y assister en dégustant vins et produits du terroir magnifiquement présentés par les cuisiniers/chefs du IGA qui chaque année se surpassent pour offrir une présentation inventive et succulente représentant bien le thème de la Fête « Rythmes et papilles »

Jean Pierre Ferland « Cette 7e édition de la Grande Fête de la Côte de Beaupré promet encore une fois de divertir tous les festivaliers grâce aux acquis et expériences des années précédentes ainsi que de l’équipe chevronnée des gens de la Côte de Beaupré » tel que mentionné par Mme Sophie Brisson, Présidente de la Grande Fête de la Côte de Beaupré. Elle a également souligné que c’était bien parti car le souper gastronomique du 21 août 2014 a été un grand succès et démontrait ainsi l’appartenance des gens à la Fête. Plusieurs autres dignitaires sont venus nous parler de leur implication, leur désirs de mettre en valeur toutes les richesses de la Côte de Beaupré et pour remercier la population de leur fidélité.

Dès 20hres, la Fête s’est poursuivie dans la Basilique Ste-Anne, pour un concert unique de Jean-Pierre Ferland qui le concevait comme un cadeau spécial pour ses 80 ans qu’il offrirait à ses fans venus à sa rencontre sur la Côte de Beaupré ce 22 août 2014. L’auteur-compositeur-interprète est monté sur scène accompagné de cinq musiciens et de quatre choristes tout en étant également entouré à l’occasion des membres de l’Ensemble vocal Arc-en-Sons, sous la direction de Pascalin Charbonneau, le fils de Ginette Reno, qui a brillamment orchestré le spectacle l’été dernier à la basilique.

Jean Pierre Ferland Il a séparé son spectacle en quatre portions soit l’éducation religieuse, l’adolescence, l’âge mur et la présentation de sa nouvelle comédie musicale « la femme du roi ». Tout au long il a été taquin et s’est amusé avec son public qui a apprécié tant ses histoires que ses chansons. Il débute avec énergie avec « God is an american » après avoir salué la foule qui l’a applaudi à tout rompre dès son entrée avant d’enchaîner avec « Si je savais parler aux femmes » qui fait tomber tout le monde sous son charme de « Petit roi »…avec un sourire et un plaisir renouvelé.

Il nous présente « Qu’est-ce que ça peut ben faire » comme étant une pièce écrite pour son père mais qui n’a pas eu la chance de l’entendre. Puis nous parle de son enfance très religieuse passée entre le désir et la confession avant de chanter son intemporelle « T’es belle » où la musique reflète particulièrement son ton séducteur, son charisme tout en faisant bien rire son public avec des mimiques de son cru.

Le Groupe Arc-en-Sons a brillé particulièrement dans la pièce « Qu’êtes vous devenues mes femmes » où 2 femmes de la chorale se sont jointes aux 2 choristes féminines et à Jean-Piere pour donner une prestation magique, un merveilleux quintette. Les éclairages spéciaux nous permettaient de découvrir certains reliefs particuliers de l’architecture tandis que la musique encadrait à merveille cette prestation unique.

Plusieurs moments pénètrent dans notre mémoire pour y rester, particulièrement celui très tendre avec un guitariste et les quatres choristes comme accessoires qui entourent Jean-Piere lorsqu’il dit « Maman ton fils passe un mauvais moment », qui s’interprète comme une caresse collective, ou le numéro magique « Quand on se donne » où la voix de Jean-Pierre trouve écho dans celle de Julie-Anne Saumur, son grand amour, en parfaite communion.

« L’assassin mondain » en a surpris plusieurs par la justesse et la longueur de ce poème alexandrin composé en souvenirs de la période où il a vécu à Paris. Autre surprise, la présentation de deux pièces de la comédie musicale qu’il vient d’écrire soit « Les exilés » et « C’est une histoire d’amour » qui ont toutes deux obtenues une ovation debout et l’approbation du public. Le tout s’est terminé avec deux chansons de Jean-Pierre Ferland qui nous dit « Je ne veux pas dormir ce soir » puis « Envoye à maison » où tous sont repartis sourire aux lèvres.

Jean Pierre Ferland Deux journées très remplies sont encore au programme pour la Grande Fête de la Côte de Beaupré, dont vous pourrez consulter la liste des activités sur leur site au : www.lagrandefete.com C’est à ne pas manquer.

Média des 2 rives.com, votre source d'information sur ce qui se passe des deux côtés du fleuve soit Lévis et Québec