IL ÉTAIT UNE FOIS (27e édition) – École de danse Nadia Desgagnés

C’est ce dimanche 18 mai 2014 qu’a eu lieu la 27e édition du spectacle annuel de l’école de danse Nadia Desgagnés avec plus d’une centaine de danseurs/danseuses venus montrer leur talent en nous racontant avec leurs corps et âmes une histoire provenant des contes et légendes sorties d’un grimoire magique débutant comme il se doit avec « Il était une fois…. » aux possibilités illimitées aux mille couleurs.

À saveur des mille et une nuits, le conte débute avec les idées de ce que pourraient apporter un génie qui accorde des vœux à la personne qui frottera sa lampe magique dans une danse faisant tourbillonner les danseuses sur une musique envoûtante débutant ainsi cette aventure sortie d’une des pages de ce livre géant des contes et légendes. Les souhaits sont souvent accordés par des farfadets qui apparaissent sur la scène et dont on voudrait bien trouver leur chaudron d’or.

École de danse Nadia Desgagnés Tous participent à la fête que ce soit sur une musique frappée sur les tambours ou ayant une consonance plus techno sur laquelle les plus jeunes se trémoussent. Tous les tempos sont représentés certains plus jazzés qui font bouger les fleurs de la forêt aux allures de blanche neige sur la musique jouée par les archets enchantés nous menant à un Guillaume Tell qui vise dans le mille faisant festoyer les villageois sur une pièce mettant en vedette cette fois la danse à claquette avec un accent plus celtique.

Maître Corbeau nous amène la danse du fromage, les renards voulant plaire et séduire sont suivis par une volée de magnifiques cygnes noirs tourmentés par une malédiction avant d’être eux-mêmes remplacés par les cygnes blancs qui se retirent au clair de la lune. Plusieurs petits moutons charment l’assistance avant de se sauver des grands méchants loups qui sont des gloutons mais qui participent à la ronde lors de « Voulez-vous danser grand-mère » avec le chaperon rouge nous souriant.

Les tableaux changent à la vitesse de l’éclair pour nous présenter une variété époustouflante de numéros et contines se succédant en permettant à tous les niveaux de participer à cette fresque géante. La cigale et la fourmi ayant dansé tout l’été dans la forêt ensorcelée se retrouvent entourées de lucioles, loups et autres créatures qui bougent sur le même pas tombant sous le pouvoir maléfique de Lucifer qui les condamne à danser pour l’éternité. On voit défiler des poupées espagnoles séduisant des bûcherons qui partent une gigue endiablée après avoir reçu des cadeaux de Noël vivants donnant un tableau diabolique d’une centaines de pantins répondant au bon vouloir du diable.

Troupe Nadia Desgagnés Dans la seconde partie se chevauchent des histoires d’enfants, d’exclus, de sorcières, d’aventure et de châteaux débutant par la fête au village, la ronde de ses petits rats bien mignons qui font rire mais qui doivent partir cédant la place aux bonbons succulents que la sorcière mangerait bien ainsi que le bonhomme 7 heures frustré de ne pas avoir été invité …les histoires et tempos s’entremêlent aux rythmes latino, celtique, jazz, contemporain, claquettes, music-hall, ballet, hip-hop le tout sur des chorégraphies se passant sur plusieurs plans en même temps…on en a plein la vue.

Jack la lanterne hante la scène avec les épouvantails de l’halloween sur un « thriller » démentiel et un décor envahi de plusieurs belles petites citrouilles qui apparaissent pour compléter le tableau. Nous passons ensuite par la Marchande d’allumettes, le cirque, la voyante; la sorcellerie est au menu nous menant à la danse de la Corriveau puis à la troupe de tambours guidant les danseurs qui prennent la pose sur la musique entraînante de Madonna «Vogue » où on sent l’énergie et la fougue de ces derniers.

Il était une fois On a eu également droit à un numéro spécial ou les danseuses montaient dans des échelles au rythme des danseuses à claquettes avant d’assister à un ballet endiablé (sur la musique de Michael Jackson) et de voir arriver les pirates, la chasse aux trésors ainsi que la danse des drapeaux toujours aussi spectaculaire. Pour terminer avec princesses, chevaliers, fée des dents, Cendrillon, marchande de sable qui va ramener tout ce beau monde à la raison et à un repos bien mérité après avoir donné tout ce que leurs souliers magiques avaient d’enchantement et que le livre se soit refermé sur leurs rêves réalisés.

Média des 2 rives.com, votre source d'information sur ce qui se passe des deux côtés du fleuve soit Lévis et Québec