Tous se demandent ce que sera le théâtre au temps du Covid!

Le théâtre au temps du Covid Il y a quelques semaines.je me suis procuré un billet pour aller au théâtre. Enfin me disais-je, je pourrai sortir à nouveau, revoir les acteurs sur scène et peut-être attraper leur regard!

Et dimanche, la frousse m’a prise La ville en zone orange! Va-t-on fermer tous les lieux de loisirs?

Non!!! Attendez que j’aie vu la pièce.

Et puis, soulagement. Pas de nouvelles contraintes pour les salles de spectacles. Jeudi, je me suis présentée au Grand théâtre de Québec avec mon masque et mon billet électronique. J’ai fait la file à plus de 2 m, on m’a assigné une place selon mon regroupement.

Une fois assise, j’ai bien regardé autour de moi. Il y avait tellement d’espace entre moi et mes voisins que je me sentais plus en sécurité qu’à l’épicerie ou la pharmacie, mes seules sorties intérieures depuis mars.

Et devant moi, la scène de la salle Octave-Crémazie, quelques vieilles couvertures décaties sont accrochées sur une corde à linge improvisée. Je rends grâce. Heureuse de pouvoir retrouver un moment de normalité dans l’univers fictif d’Antonine Maillet que nous présente une mise en scène Patrick Ouellet.

Grand Théâtre Ombrage Une fois la pièce commencée, je pouvais retirer mon masque, mais le plaisir de me laisser transporter m’a fait oublier cet accessoire de mode 2020 comme on oublie qu’on porte sur le nez nos lunettes correctrices. Je me suis laissée emportée par Lorraine Côté. Je me suis retrouvé dans la cuisine d’une tante éloignée, le temps d’une tasse de thé et de reprendre contact toutes les deux.

Je suis revenue chez moi ce soir-là, avec l’impression que le gros nuage gris avait pris le large, qu’on l’avait repoussé aux limites du pays imaginaire et que la nuit du long sommeil était terminée. Je m’étais réveillée. Le théâtre est mon remède au long cauchemar!