Roch Voisine et l'Orchestre symphonique de Québec, tout simplement symphonique!

Ombrage Lorsque les musiciens de l’Orchestre symphonique de Québec sont entrés sur la scène Louis Fréchette du Grand Théâtre de Québec, on aurait dit que cette soirée du 5 avril 2018 était une soirée de gala; les gens anticipaient l’arrivée de Roch Voisine qui est venu retracer ses 30 ans de carrière à travers des chansons originales et certains grands succès. Un concert pop symphonique présenté en toute intimité devant une salle comble et comblée de retrouver l’une de leurs idoles.

Le tout débute par une introduction musicale de l’Orchestre symphonique de Québec, qui a du panache et qui nous donne l’impression de partir à l’aventure comme si on était tous des Indiana Jones le tout dirigé ce soir par Simon Leclerc, chef d’orchestre Le chef nous présente l’artiste en vedette nous rappelant ses origines du Nouveau-Brusnwick mais québécois d’adoption, bilinguisme qui paraît dans ses compositions, plus de 40 albums qui nous permettent d’entendre cette voix magnifique qui le qualifie bien.

Roch Voisine et l'Orchestre symphonique de Québec Ombrage Il débute sous les applaudissements des spectateurs ravis de le voir en version symphonique et on peut dire que ses chansons n’ont plus la même consonance grâce à la profondeur symphonique de l’Orchestre surtout dans « Oochigeas » avec tambour à l’indienne qui nous ramène à cette belle légende . On a senti que pour Roch Voisine c’est très valorisant d’avoir un orchestre symphonique qui donne une telle texture à ses chansons même celles qui n’ont jamais été enregistrées.

« Kissing Rain » a une saveur d’été, très légère qui amène bien « La berceuse » composée à Québec avec une superbe musicalité. Parfois c’est la harpe qui apporte une belle douceur comme dans « Les amants » tandis que les violons nous en montre l’intensité avec de beaux éclairages tout au long de la soirée. Des moments d’émotions également en particulier avec « Multiplied » qu’il avait composé à la naissance de son deuxième garçon nous disant que finalement l’amour cela ne se divise pas mais ça se multiplie. Terminant sa première partie avec un style western « Jean Johnny Jean » qui fait taper des mains avec un accent de planche à laver parmi les instruments.

Roch Voisine et l'Orchestre symphonique de Québec Ombrage Autre moment puissant, tiré de son répertoire Forever gentlemen, un « It’s impossible » merveilleux à la sauce symphonique tout simplement magnifique qui a touché tous les cœurs présents suivi par « Perce les nuages » pour sa grand-mère avec les accents célestes de la harpe, toute une orchestration émouvante. Les fans ont pris plaisir de chanter avec lui « Darlin », « I’ll always be there » et bien entendu « Hélène » qui avec la musique de l’Orchestre nous ont totalement envoûtés par la puissance du moment et j’imagine que pour Roch ces moments ont été comme un rêve magique qu’il revivra demain, car il présente ce spectacle à nouveau le 6 avril 2018 à 20h au Grand Théâtre.