ROBERT CHARLEBOIS – a tenu en haleine la ville de Montmagny!

Samedi dernier, le 25 novembre 2017, Robert Charlebois est venu présenter son spectacle « Rock’oustic » aux fans réunis à la salle Edwin Bélanger de Montmagny qui étaient fébriles à l’idée de voir Charlebois devant eux car une bonne majorité le voyait pour la première fois et ils avaient tellement hâte de le voir se démener comme un diable qui a le feu sacré comme jamais. Un audacieux avait même vêtu un gilet du Canadien avec le nom Charlebois dans le dos pour montrer qu’il était son fan no 1.

Il s’amuse avec les spectateurs en leur racontant des histoires,ses inspirations et entre autres pourquoi il a débuté avec « Le phoque en Alaska » car les français lui demandaient de jouer leur chanson préférée parmi les 300 qu’il a écrit et comme il était épuisé de leur dire que cela ne venait pas de lui, il a préféré l’intégrer dans son répertoire avec sourire ajoutant même qu’il doit y avoir de beaux phoques près de Montmagny.

Robert Charlebois Ombrage Il enfile les succès et n’a pas besoin de demander aux gens de chanter car cela se fait automatiquement , on ne peut s’empêcher de le faire avec « Je reviendrai à Montréal » (ou Montmagny) pour voir l’hiver et dans presque tous les cas on entend une multitude de chanteurs . « Avril sur Mars »est la première occasion que l’on a de constater son talent de pianiste et au fur et à mesure on entend son talent de guitariste, d’instrumentiste qui se joint à celui des autres musiciens talentueux qui l’accompagnent à merveille en donnant de si belles harmonies tant musicales que vocales.

En étant si près de lui dans cette belle salle Edwin Bélanger, tout le monde trouvait que c’était un beau cadeau qu’ils s’étaient offert. Il a de l’énergie à revendre et la complicité avec le groupe est évidente surtout dans « Conception » où ils s’amusent vraiment en nous donnant le goût de danser car on se réchauffe au son de ce rythme sud-américain. Avec « Les talons hauts » il rend hommage à Luc Plamondon puis on voit arriver « Dolorès » à Montmagny sur « les ailes d’un ange » qu’il fait pour faire plaisir au maire Labeaume.

Il a tellement de plaisir à jouer ces incontournables « Entre 2 joints », « Mon pays c’est pas un pays c’est une job », « The frog song », « Je t’aime comme un fou » qui vire en séance d’aérobique et l’éternel « Lindberg » qui nous fait s’envoler avec lui en tapant des mains et écoutant les guitares qui chantaient en harmonie avec la chorale de Montmagny. D’ailleurs les accents formidables de guitare se répercutent tout au long de ce voyage à travers le temps qui est loin d’être « Ordinaire » surtout lorsqu’il est à son piano. Il nous présente ses fabuleux musiciens et en particulier un jeune guitariste de Montmagny avec un talent fou : Jean Sébastien Chouinard.

Après « Chagrin d’amour » d’Elvis qui a séduit la foule qui a carrément « falling in love » with the king of the night et quelques autres pièces complétant le programme prévu de 1h30, il nous a offert généreusement un rappel multiple de demandes spéciales de près de 30 min qui nous a amené entre autres « Le mur du son »,« Fu Man Chu » avec un public debout en plein délire, tout heureux de partager avec leur « Charlebois » qui est sorti pour les rencontrer à la fin…tout une soirée énergique et magique.