OLIVIER MARTINEAU… DU COQ À L’ÂNE EN PASSANT PAR LE COCHON D’INDE

Avant même le lever du rideau, on sentait l’anticipation flotter dans la salle pleine à craquer pour la 1ère québécoise du spectacle d’Olivier Martineau qui a eu lieu le 29 janvier 2015 à la Salle Albert Rousseau, qui le reverra d’ailleurs en supplémentaire les 22 et 27 juin 2015 ce qui n’est guère surprenant car il affichait complet ce soir et ce sera sûrement la même chose dans sa tournée à travers la Province de Québec. Il aime haïr tout ce qui bouge ou même ne bouge pas et les gens apprécient énormément son style gentil garçon méchant.

Olivier Martineau Il attaque d’un ton mordant les nouvelles parlant d’idioties qui arrivent souvent et qui nous font nous demander ce que les gens peuvent bien penser. Le choix des mots, le langage imaginatif et descriptif nous font voir tout ce qu’il nous raconte. Il aborde le sensationnalisme aux nouvelles avec un rythme très rapide aux abords de la folie où les gens voit des extra-terrestres.

Olivier Martineau Ses histoires passent du coq à l’âne, les mélangeant, partant au cinéma en ricochant par les enfants stupides, se demandant comment ils pouvaient être venus au monde…Un spectacle vrai et honnête qui nous parle des villes et leurs attraits, tout en mentionnant au passage qu’il est toujours célibataire et les joies de tenir maison seul. Les indices qu’un couple bat de l’aile sont partie prenante de la soirée avec description délirante de la vie en ricochant par le gym, les femmes, la beauté relative et l’espérance de vie à travers le temps et les époques où il dérape pour notre plus grand plaisir.

Olivier Martineau La visite chez le dentiste, les fantômes, le segment animaux de compagnie ou de la savane nous montre à quel point il a de la suite dans les idées en passant s’un sujet à l’autre sans en perdre une seconde. Le monde est cave depuis le début des temps peu importe la période et même le passage aux douanes n’échappe pas à son délire tout comme les sorties dans les bars qui provoque chez lui une montée de lait autant que la mode et la censure, sans oublier sa grand-mère.

Olivier Martineau Il est totalement hilarant et nous présente un feu roulant de numéros qui s’entre-chevauchent pour donner de petites merveilles, des perles qui glissent sur nous, nous pénètrent, changent notre perception du monde et nous font rire d’un bout à l’autre, sans répit. On en ressort avec un sourire innocent étampé dans le visage, un mal de côte d’avoir tant ri et la ferme intention de le suivre dans une carrière qui est déjà très remplie et plus que florissante.

Média des 2 rives.com, votre source d'information sur ce qui se passe des deux côtés du fleuve soit Lévis et Québec