ROBERT CHARLEBOIS SYMPHONIQUEMENT MAGIQUE

C’est lors d’une soirée « Coups de foudre » Hydro-Québec, ce jeudi 9 avril 2015 au Grand Théâtre de Québec, que les 60 musiciens de l’Orchestre Symphonique de Québec ont mélangé leurs voix à celles des quatre musiciens qui accompagnent Robert Charlebois en tournée pour nous donner un concert magique et spectaculaire, avec un Charlebois naturel, ouvert, détendu et prêt à faire face à la musique.

Robert Charlebois et l'OSQ Après quelques mots de Stéphane Laforest, chef d’orchestre, une douce mélodie remplit l’enceinte de la salle Louis Fréchette pour nous introduire Robert Charlebois qui est applaudi à tout rompre à son arrivée et nous charme avec « Les deux femmes en or », une interprétation rarissime mais qui plaît à coup sûr . Il évolue dans un décor sobre laissant toute la place à la vedette du soir, Robert Charlebois qui nous présente ses musiciens : Daniel Lacoste (guitare), Steve Gagné (batterie), Alexandre Dumas (basse) et Dominique Lanoie (guitare).

Robert Charlebois et l'OSQ Il est simplement lui-même, y allant de ses plus grands succès, d’anecdotes de tournée usant beaucoup d’humour pendant toute la durée du spectacle présenté sans entracte. Il nous fait « vivre en ce pays » nous donnant une « sensation » des plus agréables car on sent son bonheur d’être là devant ses fans qui chantent et tapent des mains, qui lui font des demandes spéciales. Il nous offre un amour infini qu’il traduit si bien en chanson, le tout sous de savants éclairages où on sent sa passion qui le fait chanter de si belle façon, engagé, simplement lui-même et avec l’accent symphonique en totale symbiose avec tous ces musiciens.

Robert Charlebois et l'OSQ Il s’amuse comme un fou, danse et bouge bien et à l’air plus en forme que jamais et « Fu Man Chu » fait lever la salle qui le remercie de nous faire revivre une belle partie de notre jeunesse. Et avec l’énergie qu’il déploie on peut dire qu’il est vraiment dedans; je crois qu’il a trouvé le secret de la jeunesse éternelle car après 50 ans de carrière et à l’âge de 70ans, il sait encore comment nous amener dans la voie lactée, avec un cosmonaute et il nous a fait plaisir de rêver avec lui, ce rêve de grandeur symphonique qui donnait encore plus d’ampleur à ces chansons mythiques avec cette voix puissante, charmante et envoûtante.

Robert Charlebois et l'OSQ Les portions purement symphoniques sont impressionnantes, magiques, magnifiques donnant des orchestrations superbes comme dans « Avril sur Mars » avant de s’amuser de faire fi de ses propres interdictions en jouant exceptionnellement de la guitare lors de la pièce « Les ailes d’un ange » pendant laquelle les gens ont scandé « Québec » comme jamais, répondant à la musique qui les interpelle comme toujours. Il nous offre un medley ensoleillé incluant « Conception », « Je vais à Rio », « Cartier » y insérant en riant « demain l’hiver » avec un beau rythme tropical.

Question de se dégourdir un peu, Charlebois dirige une petite séance d’aérobie de groupe des spectateurs ayant rempli la salle sur « Je t’aime comme un fou » avant de partir en voyage de groupe sur son avion magique « Lindberg » pour nous faire franchir le mur du son au pays du souvenir ou les tapements de main arrivent inconsciemment comme si la directive était implantée dans notre cerveau prête à rejaillir en attendant cette musique intemporelle.

Robert Charlebois et l'OSQ Un programme qui a donné lieu à des multiples ovations et rappels jusqu’ à l’ultime présentation spectaculaire au piano d’un Charlebois, plus grand que nature, surélevé au dessus de l’OSQ, comme s’il était dans un autre monde et je peux vous assurer qu’il n’avait rien d’ « Ordinaire » car c’était vraiment impressionnant tant musicalement que physiquement avant de nous rappeler en final « J’veux d’l’amour » … tout comme tous ceux qui étaient venus à sa rencontre pour la Xe fois depuis les cinquante dernières années et qui étaient tout sourire à la sortie.

Média des 2 rives.com, votre source d'information sur ce qui se passe des deux côtés du fleuve soit Lévis et Québec