LE MAÎTRE DE LA HARPE – XAVIER DE MAISTRE et l’OSQ

Déjà avec seulement un arrière-fond de musique de pratique, on sent une augmentation de la fébrilité dans l’air à l’approche de l’ouverture du concert comme si les gens sentaient qu’ils assisteraient à une soirée exceptionnelle ce mercredi 21 mai 2014. « Le maître de la harpe » présenté dans la Maison de la musique au Palais Montcalm met en vedette l’OSQ avec le chef Fabien Gabel les dirigeant ainsi que Xavier de Maistre à la harpe.

Le programme débute par la symphonie no 1 en do majeur de Ludwig Van Beethoven interprétée magistralement par les musiciens de l’Orchestre Symphonique de Québec. Dès le début, la douceur et la noblesse des notes nous entourent, nous enveloppent pour mieux nous imprégner de leur beauté.

Maestro Fabien Gabel La vivacité du printemps qui se pointe dans les prés verts se fait image vibrante, le soleil reluit et tout renaît. Le bourdonnement des insectes qui sont de retour se fait plus insistant aux abords des fleurettes en boutons ou qui s’entrouvent pour goûter à ce renouveau qui les fait éclore et participer à la symphonie de la vie.

Les mouvements gracieux de Fabien Gabel donne l’impression qu`il participe à un menuet ou qu’il esquisse quelques pas de valse car il traduit de manière bien élégante cette symphonie de Beethoven. Avec cette musique notre esprit voyage si bien à travers le temps pour se retrouver au moment de sa création en avril 1800 lors d’une époque où la musique qu’il a fait n’est pas très reconnue mais qui de nos jours est très appréciée. Le 4e mouvement nous donne le goût de se joindre à la danse qui devient plus entraînante, enlevante et qui révèle une joie explosive si bien traduite par l’ensemble.

Virtuose de la Harpe, Xavier de Maistre On enchaîne avec le Concierto de Aranjuez de Joaquin Rodrigo, qui nous amène le maître de la harpe, Xavier de Maistre, dont la harpe imposante attire immédiatement l’œil . Les premières notes célestes nous font voler directement en Espagne ainsi qu’au 7e ciel. Le son angélique qui s’en dégage fascine car le musicien et la harpe ne font qu’un, nous charmant à l’unisson et à travers le son y transparaissent le matador, la danseuses qui virevoltent, les promenades langoureuses et son amour…qui ensorcèle, soulève l’âme et nous envoûte, totalement exceptionnel.

La mélodie vient à la rencontre de notre mémoire pour l’enrichir, captivant, divin, passionné, fusionnel, une parcelle d’éternité qu’il nous faut conserver car il nous donne un avant-goût de ce que les anges nous réservent au paradis. Un clin d’œil paradisiaque qu’il ne fallait pas manquer, de la magie à l’état pur d’une beauté extrême magnifiée par l’OSQ qui reprend cet hymne à l’amour.

Ce n’est pas pour rien qu’il est le maître de la harpe, le résultat est époustouflant – on se croirait dans les Alpes sur la cime d’une montagne à l’orée des nuages à admirer la création de dieu…lui, si ému qu’il nous offre un rappel en solo qui lui a valu une seconde ovation monstre pour une musique que l’on aurait voulu sans fin.

L'OSQ au Palais Montcalm de Québec En seconde partie, l’OSQ et la Sinfonietta de Francis Poulenc nous amène dans un autre plan, nous donnant l’impression d’un dimanche à Paris découvrant les beautés qui nous entourent, allant de découvertes à reconnaissance, sur les boulevards fleuris qui défilent au cours de la promenade. Parfois au cœur de la ville qui bouge, ses courses folles ou dangers guettant les piétons insouciants pour s’en échapper et revenir vers la nature plus calme même si par bouts trépidante et majestueuse dans les choix offerts : le ruisseau s’écoulant, les grands espaces à dévoiler, les vallées à conquérir et la brise légère qui nous frôle et dirige nos pas, aux accents de comédie musicale.

La salle Raoul Jobin est un écrin de choix pour la belle et grande musique de notre Orchestre Symphonique de Québec et ses invités et ce soir elle a vibré d’un éclat particulier grâce à Xavier de Maistre et sa harpe qui ont produit un son d’une pureté qui n’a pas d’égal…une grande finale pour cette série de l’OSQ au Palais…tout simplement royal.

Média des 2 rives.com, votre source d'information sur ce qui se passe des deux côtés du fleuve soit Lévis et Québec