O.S.Q. HOMMAGE AU ROYAL 22e RÉGIMENT SPECTACULAIRE


Cette soirée spéciale du 17 septembre 2014 nous transporte au 7e ciel comme si on embarquait sur un tapis magique pour un voyage extraordinaire dans ce monde musical riche en émotions qui débute la saison de l’O.S.Q. de façon magistrale en ouvrant sous le son des trompettes du Royal 22e régiment dans la pièce « L’ouverture de fête » (opus 96) de Dimitri Chostakovitch reflétant l’essence même de cette soirée soulignant les 100 ans du Royal 22e Régiment.

L'OSQ célèbre les 100 ans du Royal 22e Rigiment C’est vraiment superbe de voir les musiciens du Royal 22e qui sont intégrés à ceux de l’Orchestre Symphonique de Québec pour une ouverture fulgurante, célébrant la vie avec tous ses bonds et rebonds . On y ressent comme une course effrénée après le temps qui passe comme une farandole folle qui nous donne le goùt de se joindre à la fête. C’est une fenêtre ouverte sur la beauté et l’importance de la musique dans nos vies.

On enchaîne ensuite avec le concerto pour la main gauche en ré mineur de Maurice Ravel, interprété par un jeune virtuose au piano, Shai Wosner, un élève d’Emanuel Ax , à la Julliard school of New-York. Avec le support des musiciens, ce concerto devient le résultat d’une rencontre d’énergies puissantes, ensorcelantes nous gardant à l’écoute. Cette création délivrée le 5 janvier 1932 était une commande d’un pianiste qui avait perdu son bras droit et qui voulait continuer à jouer du piano. On y ressent le désarroi, le supplice puis l’extase de pouvoir glisser ses doigts sur ces notes magnifiques devenant un chant de libération, presque une détonation salutaire le laissant libre de jouer ses émotions et montrer sa puissance de jeu, du pouvoir du désir de se surpasser.

Maestro Fabien Gabel Fabien Gabel dirige encore une fois d’une main de maître cette orchestre symphonique réinventée par l’ajout de 26 musiciens du Royal 22e Régiment donnant une sonorité particulière au programme. Sa baguette forme des arabesques magiques inspirant la Musique avec une élégance sans pareille et une passion transparente qui nous emporte.

En seconde partie, Sergueï Prokofiev nous amène dans le monde de « Guerre et Paix » (opus 91, suite) qui dès le départ est très vibrant, musicalement très rempli puis se calme un peu pour mieux nous ramener dans la danse sous-jacente. On a le goût de tourbillonner, de s’évader, de s’enfuir loin des tourments et de prendre part au bal. Valser au son des clochettes qui prennent leur envol en courant sur les archets qui chantent la romance et s’accompagnent de la flûte légère qui l’entoure et des tambourines qui veulent attirer leur attention. S’en suit un mélange savoureux de danses qui nous interpellent .

Virtuose du piano Shai Wosner La douceur de certaines parties nous enveloppe de sa chaleur comme si elle nous attendait devant un foyer invitant à la relaxation; comme un vent d’espoir qui révèle son souffle tiède qui nous tient au chaud avec des notes célestes d’une harpe qui se fait timide mais oh combien appréciée. Une caresse qui nous frôle, un interlude sublime en attendant l’hiver rigoureux et dérangeant où l’on sent vibrer les intempéries qui grondent et frappent à la porte, totalement spectaculaire, grandiose, une tempête d’émotions qui nous monte aux yeux, nous gonflant le cœur d’un pur bonheur.

Quant à la finale, soit « Ouverture 1812, opus 49 » de Tchaïkovski, il nous transfère dans cette période où Napoléon fit une désastreuse campagne de Russie en 1812. On y retrouve toute la richesse des instruments utilisés par le compositeur : cloches, fanfare militaire, orchestre symphonique de même qu’une grosse caisse qui reproduit le bruit du canon. On y ressent l’urgence et la turbulence du moment, l’attaque, le recul, la douceur provoquée par l’espérance naissante malgré tout, entrecoupée par certains hymnes ou sonorités plus patriotiques jusqu’à l’ultime bataille et la fin des hostilités… le temps semble suspendu lors de cette soirée mémorable où tout semblait plus grand que nature, magistralement interprété et dont l’essence nous a pénétré pour cet hommage vibrant au Royal 22e Régiment.

Média des 2 rives.com, votre source d'information sur ce qui se passe des deux côtés du fleuve soit Lévis et Québec