Orchestre symphonique de Québec – concert Rachmaninov 2 – le Mythique!

Orchestre Symphonique de Québec Ombrage Dans le cadre des mercredis classiques Hydro-Québec, l'Orchestre symphonique de Québec, offrait un second concert gratuit à cinq jours d'intervalle, joué en direct du Grand Théâtre de Québec pour nous réchauffer le coeur en ce 18 novembre 2020 qui nous annonce un hiver s'amenant à toute vitesse avec le froid ou la neige selon la région car tous ont accès à ce spectaculaire concert Rachmaninov 2 – Le Mythique .

Sur les plateformes You Tube ou Facebook, le concert s’est ouvert sur l’Ouverture la plus célèbre de Verdi : La Force du Destin et on constate que les musiciens nous transmettent cette musique avec une énergie hors du commun et un plaisir évident. Avant la portion Rachmaninov, on voit une portion de répétition entre le pianiste et le chef qui nous amène à la portion concert en douceur.

Donc c'est sous la direction de Jean-François Rivest, réputé pour son énergie et son style passionné, que Stewart Goodyear, jeune pianiste torontois salué par la critique, interprète un sommet du concerto romantique, le Concerto pour piano n°2 de Rachmaninov, qui possède un des plus beaux mouvements lents jamais composés. Avec la jeu de la caméra on est à même de constater le doigté exceptionnel de celui-ci, sa vitesse d'exécution et l'attention portée à la pièce présentée en 3 mouvements d'une durée de 32 minutes environ.

Orchestre symphonique de Québec Ombrage
Orchestre symphonique de Québec - Archives de Media des 2 Rives

On a l'occasion de voir en survol tous les instruments qui accompagnent à merveille le concertiste. En écoutant les notes on se rend compte que ce concerto a servi de base pour la confection du canevas de la chanson populaire "All by myself" comme si on rendait hommage à Rachmaninov de manière à ce qu'une nouvelle génération chantonne cette pièce. Le reflet de ses doigts sur le devant du piano nous donne l'impression qu'il a quatre mains habiles qui pianotent ces notes brillantes.

Avant le début de DVORAK : Symphonie no 8, op. 88, le maestro s'adresse aux gens partout dans le monde pour nous expliquer en bonne partie le cheminement de celui-ci dans le domaine de la musique, ses compositions et sa vie avant de terminer cette soirée sur un ton tout aussi majestueux avec cette symphonie qui fut inspirée d’œuvres populaires donnant divers tempos lors des quatre mouvements interprétés autant en texture plus énergique que plus douce comme la valse. Toute une présentation de 1h35 se terminant de manière éclatante.

Prochain rendez-vous le 22 novembre à 14h30 avec Les Milles et Une Nuits de Shéhérazade (22 nov – 14h30) où on retrouvera entre autres TCHAÏKOVSKI et l'Orchestre symphonique de Québec.