Orchestre symphonique de Québec - L’Eroica et le Concerto pour piano de Grieg !

L’Orchestre symphonique de Québec a retrouvé avec plaisir la pianiste Alexandra Dariescu dans une œuvre aux couleurs de la musique populaire de Norvège, le Concerto pour piano de Grieg. Après avoir offert le concerto en soirée le mercredi 11 mars à 20 h, au Grand Théâtre de Québec sous la direction d’Enrique Mazzola, l’Orchestre a joué également la Symphonie no3 de Beethoven, communément appelée « Eroica" , concert qui a été également présenté le jeudi 12 mars 2020 à 10 h 30 lors des matinées classiques.

Alexandra Dariescu Ombrage Habituellement lors des Matins en musique - café et viennoiseries sont offerts par Chartwell, résidences pour retraités mais à cause du COVID 19, ils ont annulé leur présence et gardant les aînés dans leurs résidences pour éviter des risques potentiels de propagation; donc c'est le Cosmos qui a offert le café à la dernière minute. À 9 h 30, le public a pu rencontrer une musicienne de l’Orchestre, qui a parlé de son parcours et de son cheminement en tant que violoncelliste cette fois.

Dès 10h30, le concert présenté par le partenaire de saison Hydro-Québec débutait dans la salle Louis-Fréchette avec le sublime Concerto pour piano de Grieg avec Alexandra Dariescu qui arrive vêtue d'une robe vaporeuse qui lui donne l'air d'un ange et dès les premières notes on sent sa passion traverser ses doigts qui livrent de façon magistrale des notes bien plaquées nous montrant l'essence de la pièce qui s'enchaînent pour nous séduire et former un concerto magique appuyée par les musiciens de l'Orchestre.

Alexandra Dariescu Ombrage Le doigté magique de la pianiste nous amène dans un monde de rêve saupoudré de notes fortes s'alliant plus à l'aventure, au risque ou au cauchemard de par leur sonorité. On imagine allègrement voir les grands ballets danser sur ces mouvements parfois rapides de ces notes s'égrainant avec entrain. La douceur de certaines portions nous caresse avant de repartir en cavalcade plus soutenue. Elle joue avec intensité, vigueur et une ardeur indéniable nous faisant sentir la précision et beauté des notes qui se chevauchent. Le second mouvement est comme la clarté qui suit la noirceur; le petit matin qui s'annonce radieux à son éveil.

Elle nous offre une cascade cristalline sur laquelle on peut se laisser emporter avec des rapides ou des éclaircies pour arriver dans une prairie qui s'active avec des notes plus rondes grâce aux archets et cuivres plus puissants près des percussions traçant le chemin. Les flûtes en arrière plan apportent un ton plus aérien comme si des papillons approchent en virevoltant tout en couleur grâce au doigté léger de la pianiste qui modifie l'intensité de son toucher, tout à fait merveilleux.

Alexandra Dariescu Ombrage Le jeu de notre pianiste Alexandra Dariescu a vraiment du panache et ce concerto nous permet de voir ses aptitudes peu importe le tempo nécessaire qui va de la notre la plus douce, presque imperceptible , intemporelle au tragique qui nécessite un jeu infaillible, rapide avec une ardeur qui ne lui fait pas défaut, un pur plaisir de 35 minutes suivi d'un court rappel avec "Polichinelle" qui ne dure que quelques minutes en solo et qui surprend par sa vivacité, lui valant une seconde ovation debout de plusieurs minutes.

Après avoir retiré le piano de la scène, le maestro Enrique Mazzola nous apparaît plus grand que nature lorsqu'il dirige la seconde portion du programme soit Beethoven Symphonie no 3, « Eroica » opus 55 en quatre mouvements qui est très vibrante offrant de beaux moments , allant de notes coursives puis haletantes et puissantes. Par chance en deuxième on a une portée plus lente un peu, remplie de désespoir par cette marche funèbre suivie d'une portion Scherzo allegro vivace plus vibrante et une finale où on a l'impression d'entendre un duo au sein de l'orchestre avec une partie d'orchestre qui joue et l'autre qui lui répond allègrement pour un résultant éclatant qui a su séduire les spectateurs qui s'étaient présenté dont plusieurs sont des abonnés annuels.

Alexandra Dariescu Ombrage Cela prend des musiciens aguerris pour jouer autant de notes nécessitant une constance et force de jeu en matinée après avoir offert un concerto (3 mouvements) et une symphonie (4mouvements) c'est exigeant surtout après avoir fait un autre programme la veille.

C'était malheureusement le dernier concert de la saison pour l'Orchestre symphonique de Québec qui doit suspendre ses activités pour quelques semaines, soit jusqu'au 13 avril 2020 selon les dernières informations...c'est donc à vérifier auprès du Grand Théâtre de Québec et/ou sur le site de l'Orchestre Symphonique de Québec.