L’OSL RECOIT… L’Orchestre symphonique de Québec, ce 9 octobre 2014


C’est à l’Espace symphonique de Lévis que l’Orchestre symphonique de Lévis recevait l’Orchestre symphonique de Québec pour une soirée viennoise sous la direction de Maestro Andrei Feher et ce dans le cadre de la série « De concert avec les gens » qui les amènent dans différentes villes pour présenter cette belle musique. Les instigatrices de ce projet étaient Mme Thérèse Boutin de l’OSQ et Mme Odette Grondin du côté de l’OSL; on les en remercie d’ailleurs.

l'OSQ visitte l'OSL le 9 octobre 2014 Mme Lyne Desmeules, présidente du conseil d’administration, a accueilli avec plaisir les musiciens de l’OSQ en espérant que cette soirée leur donnera le goùt de partager à nouveau leur musique avec l’OSL. C’est M. Carl Patrice Dupuis qui nous parle tout au long de la soirée pour nous expliquer le programme qui comprend des œuvres de Mozart, Beethoven, Brahms et Strauss.

Débutant par Beethoven, musicien phare du romantisme, l’OSQ joue la « Consécration de la maison », une musique majestueuse digne des grandes cours autrichiennes. On a l’impression que le palais ouvre ses portes pour mieux s’imprégner de la beauté environnante; on assiste au défilé des ducs et duchesses dans leurs plus beaux atours qui viennent saluer la royauté avant d’entrer dans la danse. On sent la grandeur de la musique s’emparer des lieux et du moment tout en pénétrant notre imaginaire. On part à la gambade vers le lointain, à la rencontre de l’inconnu… totalement captivant, parfois surprenant au détour mais on en ressort toujours grandi.

l'OSQ visitte l'OSL le 9 octobre 2014 Ils enchaînent avec la « symphonie no35 dite Haffner », de Mozart et on poursuit ainsi notre voyage sur les notes magiques s’enchaînant pour notre plus grand plaisir… pas de deux, menuet ou autres approches, chacun répond à l’appel de la Musique selon ce que l’archet inscrit sur la ligne de son cœur, langoureux ou joyeux, selon ce qu’il en retient de cette symphonie plutôt festive rappelant la joie de vivre. On valse sur la rive, légère comme une plume qui se déplace selon les caprices du vent ou du temps.

Le perfectionnisme de Brahms se répercute dans les « Variations sur un thème de Haydn » cette fois on sent les changements de tempos qui passent d’une vitesse à l’autre avec aisance et puissance comme si le temps pressait et au final pas vraiment . Quand on y regarde de plus près c’est vraiment beau de voir la façon dont tous les instruments se complètent pour propulser cette composition d’hier pour mieux nous les faire savourer aujourd’hui, nous montrant leur passion conjugué à tous les tons.

l'OSQ visitte l'OSL le 9 octobre 2014 Pour terminer le tout, l’intemporelle « Valse de l’empereur » composée par Johann Strauss fils, pour l’empereur d’Autriche. Sans vouloir compétitionner son père, cette valse est empreinte de la grandeur des créations Strauss avec ses notes célestes qui ont remplies la jeunesse de bien des personnes plus âgées maintenant, mais qui donnent toujours le même goût de s’élancer au bras de l’être aimé et de valser sans arrêt jusqu’à l’infini.

S’il est un air qui reste dans notre mémoire collective c’est bien cette valse de l’empereur qui fait vibrer notre imaginaire et notre esprit avec cette beauté exceptionnelle de notes glissantes sur le plancher de danse pour nous faire tournoyer divinement et remplir notre cœur d’un petit bonheur qui nous restera en tête bien longtemps après la dernière note d’une douceur prenante et d’une justesse royalement éternelle.

Média des 2 rives.com, votre source d'information sur ce qui se passe des deux côtés du fleuve soit Lévis et Québec