OSL concert bénéfice « Guerre et paix » avec plus de 180 choristes sur scène!

Pour cette soirée spéciale du 7 avril 2018, les gens sont arrivés plus tôt pour participer au cocktail débutant ainsi de façon agréable ce concert bénéfice « Guerre et paix » qui nous amène sur scène plus de 180 choristes provenant du Chœur Polyphonique de Lévis, du Chœur du Vallon ainsi que du Conservatoire de Québec qui accompagneront les 65 musiciens de l’Orchestre symphonique de Lévis. Ce soir l’Espace symphonique nous donne une autre image car les musiciens sont dispersés sur le parterre partant des premiers bancs jusqu’au chœur qui lui est remplis de tous les choristes lors de la deuxième partie du programme.

Orchestre symphonique de Lévis « Guerre et paix » Ombrage On est accueilli par Francine Bouchard, présidente de l’OSL, qui nous témoigne sa reconnaissance d’être là pour ce concert bénéfice et de partager le plaisir que la musique de l’OSL nous procure avec d’autres tout comme le demande Jean Morissette de Raymond Chabot Grant Thorton (présentateur du concert). Pour débuter le tout c’est une pièce de Ludwig van Beethoven « Ouverture Fidelio, op 72 » qui nous donne l’occasion de voir le maestro Gilles Auger diriger ses musiciens de très près, pour certains mêmes comme moi, on a l’impression d’être un membre de l’orchestre jouant avec l’archet de nos émotions qui sont sollicités toute la soirée. En étant si près des musiciens, on pouvait voir les partitions avec toutes ces notes à reproduire, voir la dextérité que nécessitait leur jeux, ressentir leur musicalité et sentir leur passion et joie de jouer dans l’Orchestre symphonique de Lévis.

Orchestre symphonique de Lévis « Guerre et paix » Ombrage On a l’occasion de voir la direction du chef assistant Félix Sainte-Marie lors de l’une des plus belles pièces de Tchaïkovski « Ouverture solonnelle 1812, op.49 » qui vient chercher tous les cœurs à l’écoute car elle sublime la passion, le courage, l’ardeur, l’amour, la volonté, le sacrifice, sentiments ressentis par cette pièce et la puissance du jeu des musiciens. On pourrait même dire que ce morceau est envoûtant grâce au son des violons puis des cuivres et percussions qui nous font presque tremblés par cette magnitude qui s’en dégage donnant des portions plus libératrices remplies d’espoir et c’est plaisant de voir Gilles Auger jouer allègrement des carillons et gros tambour pour une finale totalement délirante.

Orchestre symphonique de Lévis « Guerre et paix » Ombrage En seconde partie, les chœurs et solistes prennent place aux côtés de l’orchestre pour interpréter la « Messe en temps de guerre » de Joseph Haydn proposant une œuvre lumineuse et positive comme pour dire que la paix est plus importante que la guerre. Au départ c’est imposant de voir les 180 choristes du Chœur Polyphonique de Lévis, du Chœur du Vallon et les élèves du chant choral du Conservatoire de Québec qui nous ont amené les quatre solistes Carole-Anne Roussel (soprano), Agathe Herrmann (mezzo-soprano), Gabriel Provencher (ténor) et Michaël Thériault (baryton).

Orchestre symphonique de Lévis « Guerre et paix » Ombrage Avec tout ce monde sur scène on a droit à de belles harmonisations des voix qui chantent cette messe avec ferveur et contrôle répondant aux directions du maestro Gilles Auger qui les dirige en même temps que les musiciens avec ardeur et passion qui se lisent aisément sur ses traits et se ressentent dans ses mouvements, De toute beauté de voir toutes ces notes et sentiments de cette messe passer sur le visage du maestro qui est un livre ouvert et qu’il a transmis à tous les intervenants dans cette « grande » messe impressionnante, un phénomène particulier magistral qui a soulevé la foule qui a applaudi à tout rompre soulignant ainsi le travail phénoménal nécessité pour offrir un tel concert.

Orchestre symphonique de Lévis « Guerre et paix » Ombrage Le 26 mai 2018, le prochain concert nous amènera « La Russie avant et après le star » avec des pièces de Glazounov, Tchaikovski et Shostakovich nous présentant une étudiante remarquablement douée du Conservatoire, Émilie Auclair qui nous charmera avec son violon.