OSL – L’EMPEREUR – Beethoven, Mussorgsky et Ravel au programme!

Pour ce deuxième concert de la 32e saison de l’Orchestre Symphonique de Lévis, on nous a préparé un programme mettant en vedette Beethoven tout d’abord avec « Ouverture Egmont » dirigé par l’assistant chef Félix Sainte-Marie qui a su nous faire vivre cette œuvre pleine de drame . Il s’agit d’une musique de scène créée pour accompagner la représentation d’une pièce de théâtre de Goethe que Beethoven admirait; il était alors dans une période créatrice au moment où les troupes de Napoléon représentait les idéaux de liberté et qui a bouleversé le monde musical.

Félix Sainte-Marie Ombrage On aurait dit que l’espace symphonique était en recueillement avec les éclairages colorés mais très tamisés qui ne nous permettaient pas de voir très bien les visages des musiciens bien que l’on entendait leurs arrangements et leur énergie contagieuse pendant le 5e concerto piano op. 73 Empereur » de Beethoven dirigé cette fois par le maestro Gilles Auger. Suzanne Beaubien , pianiste soliste, enseignante au conservatoire, qui nous visite pour une seconde fois, a su avec son piano donné la voix à ce concerto aux multiples couleurs.

Elle a su traduire de manière passionnée la musicalité de Beethoven dans ce concerto avec une orchestration majestueuse entrecoupée par la pianiste qui a un jeu aérien nous emportant dans un oasis de douceur avec des mains expertes qui prennent aussi des envolées nous caressant ou dynamisant selon le moment. On entend la grandeur du jeu empirique à plusieurs reprises; les musiciens de l’OSL nous montrent encore une fois la grandeur et la puissance de ces pièces uniques déployant leur fougue et force harmonieuse donnant des mouvements magiques rappelant le triomphe.

Mme Suzanne Beaubien, pianiste soliste Ombrage Après l’entracte on nous présente « Tableaux d’une exposition » à l’aide de projections de ces tableaux sur un écran de côté qui nous offre une musique éclairée comme si on regardait des chefs-d’œuvre dans un musée sans bouger de notre place. Il s’agit de la musique du compositeur russe Mussorgsky orchestrée par Ravel. Les musiciens nous présentent 10 tableaux différents entrecoupés par une promenade enjouée lors d’un après-midi ensoleillé. Le tableau le plus remarquable et le plus puissant est no 10 « La grande porte de Kiev » comme une marche triomphale qui a ébloui les spectateurs qui les ont applaudi à tout rompre.

On nous rappelle que l’OSL a une campagne de financement « Achetez vos décibels » pour aider au projet d’amélioration de l’acoustique de l’espace symphonique de Lévis, soit 20 000 décibels à 1$ chacun, tous les détails sur OSLEVIS.ORG A ne pas oublier non plus le concert bénéfice du 7 avril 2018 où 180 choristes provenant de deux chœurs et 4 solistes vous ferons vivre des frissons avec « Guerre et Paix »

Au cours de ce concert, Félix Ste-Marie prendra d’assaut l’ouverture 1812 écrite par Tchaikovsky suite à une commande. Bien qu’il n’en ait jamais été fier, cette ouverture figure parmi les œuvres préférées du compositeur. Avec son hymne russe du début, les apparitions fréquentes de La Marseillaise et ses célèbres coups de canon, cette œuvre ne manquera pas de vous garder bien éveillé.

Orchestre Symphonique de Lévis Ombrage Le Chœur Polyphonique de Lévis terminera, après l’entracte, sur une note plus sereine et optimiste avec le Chœur Du Vallon et quatre jeunes solistes du Conservatoire pour l’exécution de la Messe « en temps de guerre » (In tempore belli) de Haydn. A mettre à votre programme musical.