OSL - Les grands interprètes de demain à l'Espace symphonique de Lévis!

Le 26 mai 2019 avait lieu le dernier concert de la saison 2018-2019 ayant pour titre - Les grands interprètes de demain - et en prélude on avait huit élèves de l'École de Musique Jésus-Marie qui sont venus nous divertir et nous montrer leur amour de la musique en attendant le début du concert. Il s'agissait de: Doan Skuratko (harpe), Amos Skuratko (violon), Justine Fournier (piano), Maxence Fournier (pîano), Léane Desjardins (flûte soprano et piano), Éléonore Daigle (piano), Loic Mathieu (guitare classique) et Alexandre Desjardins (xylophone) sous la direction de Maryse Violette (directrice pédagogique).

Élèves de l'École de Musique Jésus-Marie Ombrage Après le discours de Francine Bouchard, présidente du conseil d'administration, on débute le concert printanier par "les Hébrides" dirigé par le chef assistant Félix Ste-Marie qui permet aux musiciens de nous faire ressentir ces souvenirs du printemps de pluie et bruine nous apportant une musique légère. Signe de renouveau qui semble s'envoler tout en dévoilant par moments un côté orageux. La clarté extérieure de l'après-midi et les plantes d'un tendre vert et lavande semblent s'agencer à merveille à la musique soulignant cette éclosion printanière dont les notes tourbillonnent allègrement.

Chef assistant Félix Ste-Marie Ombrage Gilles Auger notre maestro est également professeur au Conservatoire de musique de Québec, il crée en 2014 "Le cycle de Nelligan" pour aider Évelyne Larochelle, soprano à passer son bach, sa maîtrise et participer à un concours de musique par la suite. Il présente en première la version orchestrale par Gilles Auger du feuillet des poèmes de Nelligan qui traduit la profondeur de l'oeuvre que Évelyne Larochelle, soprano, nous interprète nous présentant les portions -Mon âme , -Sainte Cécile, -La passante, -Le salon et -Ténèbres. Elle prête sa belle voix aux poèmes de Nelligan avec des modulations qui lui sont propres.

La soprano Évelyne Larochelle Ombrage Pour terminer la première partie, c'est le retour de Jean Sébastien Blais, hautboïste finissant du Conservatoire qui était notre ancien premier hautbois, donc il revient au bercail pour le concerto pour hautbois en ré majeur de Richard Strauss . Il nous offre une prestation riche en notes enlevantes qui se sont élevées en solo, comme un oiseau qui remercie le printemps de le réchauffer tout comme lorsqu'il joue en harmonie avec tous les musiciens de l'Orchestre symphonique de Lévis.

Jean Sébastien Blais, hautboïste finissant du Conservatoire Ombrage Après l'entracte c'est le retour du maestro Gilles Auger de nous présenter la Symphonie no 6 en fa majeur, op 68, dite Pastorale construite sur l'image de la nature. Les explications du maestro sont succulentes comme toujours rendant le tout plus agréable; nous rappelant que la nature est un bruit permanent mais on ne l'écoute plus donc cette symphonie "zen" de Beethoven nous la rappelle. Elle nous donne l'impression que c'est agréable à la campagne dès le départ. On passe ensuite au bord du ruisseau toujours avec beaucoup de douceur.

Maestro Gilles Auger s'adresse au public Ombrage La symphonie nous apporte des moments charmants et rafraîchissants qui nous touchent et qui se termine sous une ovation monstre de la part des spectateurs qui malgré un soleil invitant avait préféré se joindre à l'Orchestre symphonique de Lévis et ses musiciens talentueux.