OSL PARTAGE SA MUSIQUE lors des journées de la culture 2014


Comme première activité de la saison 2014-2015 de l’Orchestre Symphonique de Lévis, qui avait dévoilé sa programmation quelques jours plus tôt (que vous pouvez consulter sur leur site), l’OSL et le maestro Gilles Auger avait convié la population à assister à un autre monument du répertoire symphonique soit la célèbre « 5e symphonie de Shostakovith » d’une intensité hors du commun, pleine de la souffrance du peuple russe , opprimé par un régime qui contrôlait tous les aspects de la vie du temps, avec en toile de fond, la Deuxième Guerre mondiale.

Tel que nous l’a rappelé, Mme Lyne Desmeules, présidente du conseil d’administration, en 2015 l’Orchestre fête ses trente ans d’existence et il apparaissait important, suite à toutes ces belles réalisations, de créer une nouvelle thématique qui symbolise pour les années à venir la mission de l’Orchestre, soit de rendre accessible et de diffuser une musique symphonique de qualité sur son territoire soit : L’Orchestre Symphonique de Lévis…Un classique à votre portée.

L'Orchestre symphonique de Lévis et Journées de la Culture Des journées comme celle-ci aide à faire la diffusion de cette belle musique si on se fie aux centaines de personnes et petites familles qui ont répondu à l’appel malgré l’été des indiens qui était aussi attirant. Cette 5e Symphonie déconstruite en 4 mouvements et expliquée par le maestro a permis d’en comprendre les motivations, les styles et tempos joués en donnant l’occasion à 7 personnes (à quatre reprises ) de s’asseoir dans le chœur avec l’orchestre pour entendre encore mieux les nuances de tous ces instruments impliqués dans l’histoire, vibrer à leur diapason et ressentir en direct toute ces mouvements.

Les portions jouées en canon, soit à deux temps d’intervalles, donnent vraiment une grande différence dans la présentation de la pièce et les variantes expliquées ainsi nous aidaient à mieux comprendre la Musique , ses thèmes, tempos et notes répétitives mais ayant un sens plus ou moins profond tout au long de la Symphonie. Dans l’évolution du langage et le thème du destin va jusqu’à nous exprimer l’horreur qui se dégage parfois de cette mélodie magnifique.

OSL vu de l'arrière de l'espace Symphonique de Lévis Par moments les violoncelles créent une atmosphère plus sévère et inquiétante lorsque appuyé par les cors mais par chance il y a toujours les violons qui sont là pour ajouter un volet plus aérien. Lorsque les percussions se joignent on croirait que le défilé militaire va arriver par la porte de côté et passer devant nous avec leurs armes menaçantes… on y entend l’autoritaire en passant par le désarroi, l’espoir et plus encore on y entend les sentiments à fleur de peau. Le second mouvement était un peu plus festif et on voit les petits pieds bouger sous la cadence avant de s’avancer pour se joindre à l’orchestre.

On pouvait voir comment les spectateurs de tous âges ont apprécié ressentir la solitude intense, la vraie peur, l’angoisse avant d’arriver vers une paix intérieure lorsque la lumière jaillit présentée si magnifiquement par l’OSL en troisième et quatrième partie. Mais la finale avec un tempo plus rapide, comme pressé d’arriver à terme, nous amène à une apothéose avec une puissance marquante qui a soulevé les spectateurs qui avaient l’impression de voir arriver une armée précédée de chars d’assaut accompagnée de tambours battant la mesure triomphante… tout simplement époustouflant.

Après une longue ovation des plus méritées, les gens sont restés pour voir les instruments de plus près, discuter avec les musiciens et qui sait les journées de la culture sauront peut-être susciter une vocation musicale auprès de ses jeunes qui deviendront l’OSL de demain.

Média des 2 rives.com, votre source d'information sur ce qui se passe des deux côtés du fleuve soit Lévis et Québec