OPERA DE QUEBEC - Nabucco de Verdi clôt avec brio la saison lyrique 2018-19!

Nabucco de Verdi, cet événement grandiose clôt avec brio la saison lyrique printanière à Québec avec cette production à grand déploiement!. Et c’est lors de la première, le 11 mai 2019, que la saison 2019-2020 de l’Opéra de Québec sera dévoilée par Grégoire Legendre. Lors de la générale environ 500 étudiants ont pu assisté à la présentation avec leur groupe scolaire et ils ont été fasciné par cet opéra qui cette fois malgré la naissance de cette histoire a été transposée pour équivaloir aux années 1970 dont la pertinence avec un climat mondial où vivre ensemble devenu particulièrement compliqué. Les jeunes ont semblé bien comprendre la similitude compte tenu particulièrement à la mise en scène faite et aux costumes contemporains d'habits militaires, de robes ou même d'hommes en complet-valise qui à prime abord semblait déstabilisant lorsque l'on savait que l'action se déroule en 586 avant notre ère.

OPERA DE QUEBEC - Nabucco de Verdi Ombrage Nabucco, roi de Babylone, a triomphé des Hébreux. En revanche, Zaccaria, le grand prêtre des Hébreux, tient en otage Fenena, la fille de Nabucco qu’il menace de tuer. Ismaël, le neveu du roi de Jérusalem, en a la garde : or les deux jeunes gens sont follement amoureux. Abigaille, la fille présumée de Nabucco et également amoureuse d’Ismaël, survient et découvre leur idylle. Apprenant peu après qu’elle est en réalité une esclave, Abigaille souhaite se venger à la fois de Nabucco et de Fenena, sa rivale. Devenue reine de Babylone grâce à d’ingénieux subterfuges, elle emprisonne Nabucco, qui assiste impuissant à son triomphe. Mais coup de théâtre: les gardes de Nabucco viennent le libérer et au moment où le peuple juif s’apprête à être massacré, il ordonne sa libération. Abigaille meurt empoisonnée, en confessant ses crimes tandis que le roi se convertit.

OPERA DE QUEBEC - Nabucco de Verdi Ombrage Michael Cavanagh a assuré la mise en scène de cette production. Au cours d’une carrière prolifique qui s’échelonne depuis 20 ans, il a mis en scène plus de 150 productions d’opéra dans des compagnies prestigieuses. L’Orchestre symphonique de Québec est sous la direction de maestro Giuseppe Grazioli. Spécialiste du répertoire italien, Maestro Grazioli équilibre habilement les forces orchestrales afin de mettre en valeur les voix des interprètes, tout en portant une attention constante à l’action se déroulant sur scène. Version originale italienne avec surtitres français présentée les 11 mai à 19 h et les 14, 16, 18 mai 2019 à 20 h à la salle Louis-Fréchette du Grand Théâtre de Québec,

OPERA DE QUEBEC - Nabucco de Verdi Ombrage Dans le rôle exigeant de Nabucco, le baryton canadien James Westman effectue un retour attendu à l’Opéra de Québec. Éblouissant en Scarpia (Tosca – Puccini) en 2015, il avait également été un Sir John Macdonald absolument brillant lors du Festival d’opéra de Québec en 2017 (Louis-Riel – Somers). Reconnue pour sa maitrise du bel canto et spécialiste des rôles verdiens, la soprano canadienne Michele Capalbo a rempli le rôle d'une Abigaïlle toute en nuances, à la fois impitoyable et vulnérable. On retrouve en outre avec bonheur le ténor québécois Steeve Michaud (Ismaele), que le public a pu apprécier la saison dernière alors qu’il incarnait le Duc de Mantoue (Rigoletto). Voix puissante de ténor lyrico-spinto, juste et nuancée, personnalité charismatique : tout sourit à ce jeune artiste prometteur à la carrière lyrique en plein essor.

OPERA DE QUEBEC - Nabucco de Verdi Ombrage Pour la première fois chez nous la basse italienne Giovanni Battista Parodi (Zaccaria). Doté d’une « grande classe » et aux « robustes moyens vocaux » (Resmusica), il fut invité notamment à la Scala de Milan, l’Opéra de Paris et Covent Garden (Londres). La mezzo-soprano Geneviève Lévesque, reconnue pour sa voix puissante et chaleureuse et qui fut très applaudie dans Rigoletto et Le barbier de Séville (2016), a pris les habits de Fenena. La basse Alain Coulombe, qui a su se tailler une place des plus enviables sur la scène lyrique internationale, a quant à lui interprété le rôle d’Il gran sacerdote. Deux jeunes chanteurs de Québec au talent remarquable ont complété la distribution : Jessica Latouche (Anna) et Jonathan Gagné (Abdallo). Donc toute une distribution qui a su garder l'attention du public tout au long de la soirée.

OPERA DE QUEBEC - Nabucco de Verdi Ombrage Avec une musique puissante qui nous amène au vif du sujet et que l'on reconnait souvent comme ayant été utilisé pour certains films ne l'associant par nécessairement à l'opéra mais qui enrobe cette histoire de grands chants dont le fameux air « Va pensiero » de l’opéra Nabucco. Nul ne peut rester insensible à ce vibrant appel vers la liberté, en phase avec la situation géopolitique qui prévalait alors dans une Italie en pleine quête d’indépendance. Ce chœur célèbre a lancé la carrière du jeune Verdi et immortalisé dans l’histoire de l’opéra cette gigantesque fresque biblique et cette fois cela représente encore un des moments forts de la présentation tant visuellement qu'a l'écoute qui offre en trame un triangle amoureux qui survole la fibre guerrière qui se déroule devant nos yeux. Passant de décor hébreux, à un décor asyrien puis au temple et le tout très rapidement grâce à la technologie de projections et de panneaux qui se déplacent en un tour de main. Permettant de terminer Nabucco avec le mot paix écrit dans une multitude de langues sur un bel écran d'un bleu apaisant ramenant une certaine paix.

La Traviata de Verdi (19, 22, 24 et 26 octobre 2019 et La Chauve-souris (16, 19, 21 et 23 mai 2020) de Johann Strauss II constitueront la 36e saison de l’Opéra de Québec pour 2019-2020.