Le fabuleux destin des tableaux des abbés Desjardins!

Le Musée national des beaux-arts du Québec (MNBAQ) est fier de présenter en exposition estivale « Le fabuleux destin des tableaux des abbés Desjardins » du 15 juin au 4 septembre 2017 que nous avons eu la chance de visiter ce mercredi 14 juin 2017.

Cette exposition soulignera en 2017 le bicentenaire de l’arrivée au Canada de quelque 200 tableaux initialement exécutés pour les églises de Paris durant les 17e et 18e siècles par des artistes peintres renommés, saisis lors de la Révolution française, puis rassemblés par l’homme d’église Philippe-Jean-Louis Desjardins afin d’être expédiés à Québec pour être vendus dans les paroisses et communautés religieuses alors en pleine expansion. Peu connu en France, cet important corpus de tableaux religieux a récemment fait l’objet d’études scientifiques.

Le fabuleux destin des tableaux des abbés Desjardins Deux grands moments marquent leur histoire : leur usage français ainsi que leur utilisation et leur impact, au 19e siècle, dans la province de Québec. Dans un premier temps, grâce à de récentes découvertes du côté de la France qui ont mené à de nouvelles attributions, leur contexte de création est mieux connu. Plusieurs grands noms de la peinture française ont été mis à contribution tels les Claude Vignon, Simon et Aubin Vouet, frère Luc, Charles-Michel-Ange Challes, Jean-Baptiste Corneille, Daniel Hallé, Pierre Puget, Michel Dorigny, Louis Boulogne le jeune, Joseph Christophe, Pierre Dulin, Samuel Massé, Jean-Jacques Lagrenée, François-Guillaume Ménageot ou encore Matthias Stomer, dont plusieurs étaient peintres de la cour des rois de France. Philippe-Jean-Louis Desjardins connaissait bien la situation des églises du Québec par son frère, Louis-Joseph, aumônier des Augustines de l’Hôtel-Dieu de Québec.

Le clergé et les communautés religieuses sont alors en pleine expansion et ne disposent pas suffisamment d’œuvres de qualité dignes de servir de support à la dévotion. En 1817 et 1820, ce sont près de 200 tableaux qui prendront le chemin de Québec. Ceux-ci seront ensuite remontés et vendus sur place avant d’être dispersés dans différentes églises et chapelles. Parallèlement, une nouvelle cohorte d’artistes canadiens, tels les Jean-Baptiste Roy-Audy, Joseph Légaré, Antoine Plamondon et Théophile Hamel, se sera formée à la peinture en procédant à la restauration des œuvres françaises et en les copiant à la demande des commanditaires, palliant ainsi à la pénurie de peintres dans la colonie britannique. On assiste alors à la naissance de la peinture canadienne, mais également à la création des premières collections d’œuvres d’art au Québec et à l’apparition d’un premier musée.

Le fabuleux destin des tableaux des abbés Desjardins Une sélection d’une quarantaine de tableaux français et d’une vingtaine de copies québécoises témoignant de chefs-d’œuvre français disparus mais également de la pratique des artistes d’ici sera présentée dans le pavillon Pierre Lassonde dans une mise en scène contemporaine. Seuls les tableaux français de la présentation de Québec retraverseront l’Atlantique à l’automne 2017 pour être exposés au Musée des beaux-arts de Rennes, le partenaire dans cette grande aventure muséale du MNBAQ.

Pour en apprendre plus sur le décrochage de certaines œuvres et sur les thèmes de l’exposition tels que : Il était une fois…Philippe-Jean-Louis et Louis-Joseph desjardins, Les peintures du 17e siècles du Fonds Desjardins, Le maître Simon Vouet et son entourage, Les peintures du 18e siècle du Fonds Desjardins et plus encore, rendez-vous sur: www.mnbaq.org/exposition/

Encore mieux un fabuleux catalogue réalisé sous la direction de Daniel Drouin, conservateur de l’art ancien et responsable de la collection d’art inuit et de Guillaume Kazerouni, responsable des collections anciennes, peintures et dessins, Musée des Beaux-Arts de Rennes, « Le fabuleux destin des tableaux des abbés Desjardins » est un ouvrage majeur faisant sur l’état des connaissances scientifiques qui ont mené à de nouvelles attributions ainsi qu’à une meilleure connaissance du contexte de création des œuvres du Fonds Desjardins. Proposant plus de 300 illustrations en couleurs, le catalogue rend non seulement hommage à la détermination de deux abbés, qui souhaitaient donner une seconde vie aux trésors passés de l’Église française, mais il met également en lumière l’importante contribution de ces œuvres à l’action du clergé et à l’évolution de l’art au Québec.

Un ouvrage superbe distribué par Dimedia et il est en vente à la Librairie-Boutique du Musée ainsi que dans de nombreuses librairies du Québec au prix de 39.99$ (ISBN :97894-6161-416-2) .

Un autre incontournable à mettre à votre horaire estival!