LE DERNIER SACREMENT – une pièce phénoménale de Denis Bouchard!

Le dernier Sacrement Ombrage Le dimanche 29 septembre 2019 dès 20h, c'est devant une salle presque pleine qu'a pris l'affiche la pièce de théâtre "Le dernier sacrement" à la salle Edwin-Bélanger de Montmagny. Mettant en vedette Denis Bouchard avec Sofia Blondin (ou Marylou Belugou selon l'endroit) et Ayana O’Shun, cette pièce de théâtre nous fait plonger dans l’univers d’une unité de soins palliatifs. En soi même c'est une expérience théâtrale hors du commun jouée par trois comédiens et quelques figurants qui aideront à recréer une unité de soins palliatifs afin que le spectateur se sente en immersion entre la réalité et la fiction.

On dit que les gens croyants meurent plus en paix… Atteint d'un cancer en phase terminale, Denis n'est pas croyant, mais il doute. Son infirmière est croyante et la fille de cette dernière est pratiquante. Trois générations, trois points de vue différents! Une comédie dramatique avec des textes super intelligents de Denis Bouchard qui font réfléchir mais au départ qui déclenchent le rire presque tout au long de la soirée. La justesse des réflexions qu'il lance à la ronde que ce soit à son infirmière ou ses co-locs de chambre (invisibles pour nous mais à qui il réplique ) sont tout simplement savoureuses.

Mise en scène de Denis Bouchard et Sarah Beauséjour qui est simple mais si efficace et qui nous fait sentir dans l'action avant même le lever du rideau (pour les plus observants, Denis Bouchardl'acteur principal est déjà dans le lit avant même que l'histoire ne commence vraiment). Ensuite on ne peux plus détacher nos yeux de la scène, on est comme suspendu dans le temps qui passe si vite. Il annonce dès le départ qu'il fait partie des statistiques des morts à venir selon les estimés et que parfois c'est même une tradition de père en fils, faisant mourir les métastases avec lui, alors bonne nouvelle...on sent déjà que le ton employé dédramatise la fin prochaine en nous amenant plusieurs questions qui nous trotterons en tête par la suite.

Avec lui on fait le tour de ses souvenirs (généalogie de sa famille vraiment rigolote), de la religion, du sacré, de l'église, les croyances et réactions familiales. C'est un feu roulant de déclarations assurées qui se changent au fur et à mesure en doute et ce que cela amène assurément. De la façon qu'il croit que cela sérait si cela se déroulait aujourd'hui; comment Jésus serait-il perçu, serait-il accueilli car la vie doit bien mener quelque part. Les conversations qu'il a avec son infirmière Djena sont vraiment révélantes et il en profite pour en apprendre plus sur sa vie aussi, de sa fille Leyla, pourquoi elle travaille dans les soins palliatifs, un emploi qu'elle aime car elle peut donner du bonheur, que l'on ressent d'ailleurs.

Bouchard est si naturel, dans ses conversations, ses réactions qu'on a l'impression d'être dans sa chambre et qu'il s'adresse à nous comme à des amis. Sa portion sur les livres saints au cours des années, de leurs écritures ou prophètes (toutes religions confondues) est fascinante, elle contient tant de données et d'hypothèses. Belles réflexions sur sa jeunesse puis sur la mort où on doit partir seul et les rides du visage qui sont les cicatrices au coeur. C'est un rôle qui demande une mémoire de cheval car il enfile tellement de mots que son interprétation est phénoménale et il a l'art de nous montrer la vision de celui qui est dans le lit aux soins palliatifs avec une telle sensibilité enrobée d'un brin de folie donnant une performance magistrale de la part de Denis Bouchard.

Le temps passe si vite en sa compagnie et assister à ses réflexions sur la vie, celle qui a été et celle qui va se terminer, est un vrai bonbon tout en couleur aux saveurs variées des diverses religions et de sa compréhension de chacune d'elles. Une comédie intelligente qui malgré tous nos rires fait réfléchir à la finalité de la vie avec des perles si brillantes qu'elles s'enfilent pour former un collier des plus brillants qu'il nous offre à son public et qui termine sous une ovation monstre. Guère étonnant lorsqu'on apprend qu'il a travaillé 3 ans pour écrire son livre "Le dernier sacrement" paru l'an dernier qui a donné naissance à cette série théâtre qui est bouleversante, touchante et combien amusante.