JÉRÔME GODBOO, A DÉFIÉ LA TEMPÊTE AU CENTRE D’ART LA CHAPELLE

Ce vendredi 21 février 2014 ce qui attirait l’attention toute la journée c’était la tempête hivernale qui a apporté son lot de précipitations diverses jusqu’à tard dans la soirée mais à l’intérieur de la salle du Centre d’art La Chapelle c’est une autre tempête qui prend place, celle provoquée par la musique de Jérôme Godboo et ses deux acolytes qui nous font part de leur façon de traiter les « blues »

Jerome Godboo Blues Cet auteur-compositeur, chanteur et joueur d’harmonica extraordinaire s’est amené chez nous pour réchauffer l’hiver. Il a publié une douzaine d’album et son plus récent « Sanctuary City» a trouvé refuge ce soir au Centre d’art La chapelle et les spectateurs qui se sont rendus ont partagé une expérience spéciale avec ces musiciens de calibre.

Ce torontois, ancien membre des Phantoms, a joué avec Prince, James Cotton, Dutch Mason, Ronnie Hawkins, Jack de Keyzer et Jeff Healey durant ces vingt dernières années. Ce n’est guère surprenant de voir comment ses doigts savent si bien trouver le bon harmonica et que sa bouche les fait si bien vibrer…ils répondent au moindre souffle qui les fait chanter.

Jerome Godboo Blues Il nous présente plusieurs pièces provenant de son dernier album « Sanctuary City » telles que « She’s got the goods », « Jerry Stone », « Lord show me how », « October 17 » ainsi que certaines autres qui représentent beaucoup pour lui. Excellent communicateur, il nous parle de ce qui le motive, de ce que les pièces représentent et on le ressent à la manière dont il joue.

Son frère Gary fait résonner le rythme sur sa batterie qui semble en feu et son ami Conor complète le groupe avec brio, ses guitares sont gonflées à bloc et glissent sur la vague bleu spécialement lorsqu’il en utilise une en mode « still guitar » lui donnant une âme particulière qu’il exprime également en chantant à l’occasion.

Jerome Godboo Blues Armé de sa ceinture d’harmonicas chargée à souhait, il module son blues selon le moment et ses fans apprécient particulièrement les parties où il joue à fond de train, rythmant la musique avec ses lèvres, ses mains, ses pieds, une planche à laver ou des maracas selon ce qui lui prend le goût d’utiliser et il bouge beaucoup…il se contorsionne en tout sens car la musique vibre en lui et on la ressent grâce au partage qu’il en fait…bien belle soirée finalement.

Média des 2 rives.com, votre source d'information sur ce qui se passe des deux côtés du fleuve soit Lévis et Québec