Festival Québec Jazz en juin a présenté un concert exclusif à Québec avec 7 grandes voix féminines!

Festival Québec Jazz en juinOmbrage Une grande célébration du jazz était attendue par tous les fans de jazz car le 27 juin à l’Impérial Bell, le Festival Québec Jazz en juin a présenté un concert exclusif à Québec réunissant 7 grandes voix féminines : Sheila Jordan, Ranee Lee, Nanette Workman, Karen Youg, Ariel Pocock, Gabrielle Shonk et Marie-Claire Linteau et je peux vous assurer que plusieurs autres auraient bien aimer faire partie du spectacle.

Jazz en Juin - 7 Voix Ombrage La salle étaient pleine à craquer et les fans prêts à entendre ces grandes dames nous exprimer leurs passions le tout débutant par Ranee Lee, dont la carrière est enracinée dans le jazz depuis ses débuts, et qui a régulièrement rendu hommage aux plus grandes chanteuses de l’histoire (The Musical, Jazz on Broadway, Dark Divas) et offert de magnifiques compositions (Just You, Just Me, What’s Going On). Très énergique elle nous présente deux chansons dont "Four" de Miles Davis donnant le ton à cette soirée explosive.

Karen Young, de son côté, a toujours touché à plusieurs genres : Le cantique des cantiques, Âme, corps et désir, Electro-Beatnicks, Portraits (Songs of Joni Mitchell) et ce soir elle s'amuse à jazzer avec le public en offrant sa poésie musicale comme avec du Brassens qu'elle interprète avec sa créativité habituelle.

Jazz en Juin - 7 Voix Ombrage Apportant sa passion, sa beauté, son groove et sa voix qui vient nous chercher c'est Nanette Workman qui nous ensorcelle en particulier avec "Georgia" qui nous montre la profondeur de sa voix magique qui ondule sur la musique. Avec les orchestres de Saguenay et de Trois-Rivières Nanette Workman a interprété récemment les chansons de Gershwin et de Porter en contexte symphonique et s'amuse ce soir avec ces musiciens de jazz.

De grandes chanteuses québécoises associées au jazz depuis des décennies ainsi que de nouvelles voix se joignent ensemble ce soir pour célébrer leur passion commune du jazz et une jazzwoman de passage a tenu à venir jouer et chanter pour nous soit Ariel Pocock que Patricia Deslauriers a invité à venir ajoutant une note supplémentaire à la soirée. Après une pièce en solo c'est Marie-Claire Linteau et Gabrielle Shonk qui se sont jointes à elle pour interpréter "Love".

Jazz en Juin - 7 Voix Ombrage Nous avons eu le plaisir d’accueillir une véritable icône du jazz vocal américain, Sheila Jordan, qui a vécu les heures de gloire du be-bop et qui n’a jamais hésité à se renouveler et à participer aux expériences de l’avant-garde. Certains se rappelleront avec enthousiasme son passage remarqué au Club Le Jazzé à l’été 1984 dans le cadre du Festival d’été. À 90 ans, elle chante encore avec autant d’émotion et d’expressivité. Elle a séduit tous les gens présents grâce à son énergie sans borne, sa facilité à chanter ce qu'elle veut dire, à faire rire les gens et le tout avec puissance et charme.

Elle nous rappelle que son père était canadien français, même si elle ne le connaissait pas beaucoup, mais canadien français quand même, elle parle de son mari, de ses amis et que cette reine du jazz est né à Détroit Michigan mais est à New-York depuis plusieurs années. Elle semble solide comme un roc et on voit comment elle aime interagir tant avec son public que les musiciens comme dans la pièce "The bird" où son interprétation est si jeune, si passionnée que le public la remercie avec une ovation debout très longue. Elle fait également le numéro d'ouverture de la deuxième partie avec une pièce qu'elle dédie à sa fille et s'amuse avec Marie-Claire à faire du skat et improvise souvent ce qu'elle veut nous transmettre, toute une performance.

Jazz en Juin - 7 Voix Ombrage Toujours en forme et en verve le retour de Karen Young suivie de Marie-Claire, en solo et duo avec Gabrielle Shonk, Ranee Lee et le duo Gabrielle et Nanette, tout un mélange de voix uniques qui se sont unies le temps d’une soirée exclusive se retrouvant sur scène pour interpréter à leur manière de grands standards de jazz. La cerise sur le sundae, la finale colorée de ces 7 voix pour un "Fever" nous donnant des chaleurs et un immense plaisir se terminant par des ovations monstres pour une nuit que l'on aurait voulu sans fin.

La direction artistique était assurée par Patricia Deslauriers, contrebassiste, compositrice, véritable jazzwoman, à la fois artiste et entrepreneure, et la direction musicale par Jean-Fernand Girard, pianiste de jazz, compositeur et arrangeur pour plusieurs artistes depuis plus de 30 ans. Et ce n'est pas fini!