JAY SEWALL, lancement album “Duets 1” au Centre d’art La Chapelle

Ce vendredi 9 janvier 2015, Jay Sewall faisait l’ouverture de la nouvelle saison hiver-printemps 2015 du Centre d’art La Chapelle tout comme il le fait traditionnellement depuis 4 ans mais en plus il faisait le lancement de son dernier album « Duets 1 » qui comprend dix titres (sur onze) interprétés en duos avec des artistes qui ont marqué son parcours depuis parfois plus de 40 ans: Paule-Andrée Cassidy, Valérie Clio, Monya Mathieu, Susan Unger, le groupe Swift Years, le guitariste virtuose Mike Goudreau, Barry Nameth, Stephen Barry et Michael Jerome Browne.

Enregistré au Studio Paul Hinton (The Aurian Haller Band), Duets 1 renoue musicalement avec toutes les influences de jeunesse de son auteur : de Johnny Cash à Bob Dylan en passant par Woodie Guthrie et Leonard Cohen, les onze titres de Duets 1 véhiculent le plus bel esprit « americana ». Né à Boston, Jay Sewall a grandi à Montréal et joué à Chicago dans les années 70 et 80. Établi à Québec depuis une vingtaine d’années, il fait aujourd’hui figure de légende du blues canadien.

Jay Sewall Duets 1, l'histoire des 11 chansons qui nous ont fait voir diverses facettes de l’artiste qui ce soir nous en présente la majorité :

1) I’m a Lonesome Cat (avec Stephen Barry) :Jay Sewall l’a composé alors qu’il était adolescent, sans même savoir à quel genre musical il appartiendrait un jour; son premier blues dans lequel on sent aisément dès les premières notes d’harmonica la rythmique de Jay « the blues cat » qui joue merveilleusement bien de ses instruments de prédilection. Les effluves de style film western nous amène dans un tableau traduisant sa joie de vivre et on voit que le blues lui sort par toutes les pores de sa peau.

2) Shabby Doo Bop (avec Monya Mathieu) : Une chanson lumineuse et joyeuse qui montre bien la complicité de la séduisante Monya et Jaye , avec un accent de la Nouvelle Orléans et une séance de sifflage collectif qui fait sourire Jay de voir à quel point les spectateurs participent dans l’aventure.

3) Hobo Joe (Moanin’) : Une histoire de « hobos » psalmodiant autour d’un feu qui nous amène Mike Goudreau arrivant à temps pour le train et sa voix rauque, puissante donnant l’accent nécessaire pour traduire les sentiments du moment.

Jay Sewall 4) Run Indian Run (avec Barry Nameth) : Jay signe ici la mise en musique du poème sur la véritable histoire de l’Amérindien Simon Peter Gunanoot, injustement accusé d’avoir assassiné deux « visages pâles » en Colombie Britannique en 1906. Donne lieu a de merveilleux sons d’harmonica imitant la course de ce pauvre indien et une narration puissante avec la voix grave de Barry Nameth racontant l’histoire.

5) What to Do (avec Monya Mathieu) une de mes préférées, ce 2e passage de Monya avec Mike Goudreau en accompagnement, est une chanson d’amour blues demandant que faire de ce surplus d’amour, profond et révélateur; texte et interprétations qui séduisent le public demeurant sous le charme…un incontournable.

Mike Goudreau et Jay Sewall 6) Take a Chance (avec Mike Goudreau) : Une chanson sentimentale au rythme rockabilly irrésistible. Prendre une chance sur l’amour, la vie, la joie. Un rythme rock qui colle à la personnalité de Mike qui aime bien lorsque cela bouge et la complicité de ce duo est indéniable car la musique passe bien de l’un à l’autre.

7) Let Go Your Ego (avec Valérie Clio) :Un style jamaïcain qui nous permet d’entendre Valérie donner la réplique à Jay, un clin d’œil ensoleillé sur les relations avec autrui.

8) Where Does Love Takes Us (avec Paule-Andrée Cassidy) : Une ballade sur la magie de l’amour et le fait de rester fidèle à ce que l’on est. Deux qualités qui, au fond, évoluent main dans la main. On nous présente donc l’amour avec douceur, un brin de nostalgie, chaleur du cœur et magie de l’âme avec une voix qui fait ressortir la vérité en profondeur des mots vibrants d’amour sous une ambiance feutrée.

9) Blanchette : La seule chanson en solo de l’album, qui nous montre Jay Sewall, seul avec lui-même, qui passe comme un soupir, un souvenir du passage d’un ange dans sa vie, un souffle de l’âme au son de son harmonica magique.

10) Good Morning Sunshine avec tous les artistes présents : Cette chanson a éclos dans l’esprit de l’auteur alors qu’il descendait l’avenue Pine à Montréal par une belle journée d’été – écrite pour faire plaisir aux gens, une valse souriante en hommage à la vie.

Jay Sewall et ses Amis de Duets 1 Duets 1 , le premier d’une série à venir, est un contenu 100% canadien, réalisé et produit au Paul Hinton Studio et est disponible sur iTunes, Bandcamp et CD Baby au prix de 20$ avec dédicace pour les chanceux qui étaient sur place pour ce spectacle deux en un…car après une pause c’est le « Jam Americana » qui commence avec une brochette de musiciens les plus talentueux les uns que les autres.

Après le baptême de son dernier bébé à La Chapelle, fini les devoirs, les nouveautés pour faire place à la fantaisie, à l’improvisation presque car ce sont les pièces que son être connaît et auxquelles on reconnaît le dynamique Jay vibrant aux sons des saxophones, guitares, maracas, batterie et autres percussion donnant le rythme de cette seconde partie.

Très varié avec d’anciennes versions de succès connus tel que Hound Dog de Big Mama Thornton bien différente de celle d’Elvis, d’originaux tel que « La 138 » composée par Charles Cauchon qui avec sa vieille guitare hawaïenne 1946, nous amène aux quatre coins du Québec avec un doigté particulier tandis que Arnold Pothier lui nous fait partir au Brésil, entre autres.

Mais sans contredit, le maître de la soirée, c’est Jay Sewall avec son harmonica blues qui dans « Off the wall » participe à un duo-duel d’harmonicas à fond de train; s’exprimant ainsi mieux qu’avec des mots tout comme dans « Soul blues » où les guitares et saxophones ajoutent des notes « sweet & sexy » nous mettant tous dans un « blues state of mind »…ce qui est complètement recommandé pour oublier les tempêtes et le froid extérieur car ici sur la scène du Centre d’art La Chapelle c’était tout le contraire.

Média des 2 rives.com, votre source d'information sur ce qui se passe des deux côtés du fleuve soit Lévis et Québec