GINO VANNELLI, HEUREUX D’ÊTRE DE RETOUR À QUÉBEC

Lors du spectacle du 15 avril 2015, à la Salle Raoul-Jobin du Palais Montcalm de Québec, Gino Vannelli s’est dit très heureux d’être de retour à Québec après 5 ans d’absence et son public était ravis et excités de le revoir chez nous. On a cependant dû attendre 45 minutes de plus car il y avait en première partie Gabrielle Shonk accompagnée de Jessy Caron à la guitare. Plusieurs l’on reconnu pour son passage à la Voix mais certains tout comme nous l’ont vu bien avant lors de prestations sur plusieurs scènes de la région ou lors du Festival de jazz etcetera de Lévis entre autres.

Gabrielle Shock Elle lancera son premier album à l’automne 2015, cependant elle en profite pour nous présenter quelques numéros qui y paraîtront ou qu’elle affectionne particulièrement comme « Fast Car » de Tracy Chapman ou « Free », « Trop tard » sa première composition en français, « When we were young » qui reflète la beauté de la naïveté de l’enfance, soit 6 pièces qui représentaient sa voix puissante, riche, précise avec plusieurs timbres utilisés selon la pièce interprétée.

Dès 21h, on sent la fébrilité montée dans l’air, l’anticipation est au paroxysme lors de l’entrée des musiciens pour exploser lors de l’arrivée de Gino Vannelli qui semble toujours en pleine forme et en contrôle de son spectacle. Il se promène beaucoup, danse, interagit tant avec ses musiciens qu’avec la foule qui l’applaudit à tout rompre. Il passe d’un album à l’autre, de 1973 à ce jour, avec son style allant de soft rock jusqu’au smooth jazz et nous présente des succès d’époque partant de son premier album « Crazy life », jusqu’à son dernier album; tout un mélange de souvenirs.

Gino Vanelli Dans les années 70 et 80, il est considéré comme une figure majeure de la musique contemporaine. Il lança six albums entre les années 1974 et 1978. Cinq de ces albums ont atteint le top 100 du Billboard. Le point culminant fut atteint par l’album Brother To Brother en 1978 avec la dixième position du Billboard. Plusieurs des succès de Vannelli dont I Just Wanna Stop, Living Inside Myself, People Gotta Move, The Wheels Of Life et Black Cars tournent encore régulièrement dans des stations de radios à travers le monde. Gino Vannelli est reconnu pour sa technique vocale irréprochable, ses arrangements peaufinés et ses mélodies accrocheuses.

Pour reproduire sa musique en spectacle, il a toujours su s’entourer de virtuoses. Gino Vannelli s’est produit au Japon, en Ukraine, en Italie, en Norvège, en Hollande, au Mexique et au Canada au cours des derniers mois. Son dernier passage à Québec remonte à 2010. Accompagné de sept musiciens qui excellent chacun sur leurs instruments, l’artiste montréalais présente son nouveau spectacle incluant ses plus grands succès dont les paroles nous montent automatiquement aux lèvres et se joint à eux lors de « Getting high » en jouant aux percussions sous de savants éclairages les valorisant.

Gino Vanelli Il dirige beaucoup la musique comme s’il était le directeur musical d’une chorale qui répond à ses moindres mouvements et il bouge vraiment avec beaucoup d’énergie entre les portions chantées . « Living Inside myself », « Hurts to be in love », « Black cars », « I just wanna stop » sont des incontournables qui ont récolté des applaudissements à tout rompre, des ovations et les plus grosses réactions des spectateurs car elles mettaient encore plus en valeur sa voix suave, sexy qui charme assurément les femmes présentes.

Pour la première fois en spectacle il nous présente « Santa Rosa » créée dans sa période bad boy où il était constamment sur la route en donnant environ 150 concerts par année. Autre pièce « Canto » qui a subjugué l’assistance qui l’écoutait comme s’il s’agissait d’une prière italienne fervente présentée avec un pianiste hors pair comme accompagnateur et ce après nous avoir racontée que lorsque le bishop lui avait téléphoné pour qu’il chante pour le pape il avait raccroché une première fois en croyant à une plaisanterie.

Gino Vanelli Dans « brother to brother » on a été à même de constater encore plus la qualité des musiciens qui ont fait chacun un solo démontrant hors de tout doute pourquoi ils accompagnent notre idole avec un tel brio. « You gotta move » a fait lever la foule encore une fois, ils ont chanté et danser avec lui car ils n’en pouvaient plus de rester assis; le tout se terminant avec « One night with you » réalisant tout à coup que c’est ce qu’il venait de faire, passer la soirée (nuit) avec lui et pour leur plus grand plaisir.

Média des 2 rives.com, votre source d'information sur ce qui se passe des deux côtés du fleuve soit Lévis et Québec