GINETTE RENO BRILLE AU CAPITOLE DE QUÉBEC

À l’arrivée au Capitole ce dimanche 4 mai 2014 on sent une certaine fébrilité dans l’air car les fans de Ginette Reno attendent pour enfin voir leur star préférée fouler les planches de la scène du Capitole qui lui servira d’écrin pour nous présenter son spectacle « Ginette, Chanter pour toi ce soir » applaudi par 100 000 spectateurs partout au Québec ainsi qu’au Nouveau-Brunswick et en Ontario en moins d’un an… notre GINETTE s’offre une première en 55 ans de carrière: LE CAPITOLE.

Après une dernière année éprouvante on voit une Ginette rayonnante entrer sur la scène du Capitole sous les applaudissements à tout rompre d’une foule l’adulant et contente que pour la première fois, la voix de la grande dame de la chanson résonne dans ce lieu de prédilection pour interpréter les plus grands succès de son vaste répertoire.

Elle est comme une reine brillante de mille feux sous les projecteurs et avec sa robe bleu elle est comme un saphir à la voix d’or qui nous présente « la musique en moi » et on sent qu’elle l’habite tout au long de la soirée et dans sa vie tous les jours. On sent l’appréciation de la foule entre deux chansons et on l’encourage lorsqu’elle esquisse quelques pas de danse dans « Tu es là » ; elle devient le soleil de plusieurs qui voudrait bien être son ami lorsqu’elle entonne « J’ai besoin d’un ami ».

Ginette Reno au Capitole de Québec Après le café Chez Gérard, le Coronet, la salle Albert-Rousseau, le Palais Montcalm entre autres, elle est enfin au Capitole avec ses petits chéris. Elle se raconte beaucoup, comme si on était avec elle dans son salon, nous parle de son enfance, de son père qui se choquait lorsqu’elle gagnait en une seule chanson lors de concours plus qu’il ne recevait pour une semaine de travail. Sa chanson concours fétiche « Grenada » lui a encore valu des 20$ donnés par des gens de la salle qu’elle garde bien au chaud dans son corsage.

Difficile de choisir parmi 850 chansons mais elle le fait merveilleusement avec une complicité sans pareille avec ses musiciens exceptionnels qui l’accompagnent depuis plusieurs années, 25 ans pour certain comme Jean-Pierre Zanella qui rend les choses plus « saxée » pour Ginette qui s’amuse vraiment avec un naturel qui la rend si attachante et son rire contagieux.

Elle nous présente plusieurs de ses meilleurs succès mais aussi une qui l’avait tellement émue qu’elle l’a mise sur un album anglais qu’elle a fait « Feelings » avec une émotion particulière, un fond de violon (Philippe Dunnigan) qui va chercher la note sensible avec légèreté et la voix magnifique de Ginette donnant un aspect magique au tout.

« Ceux qui s’en vont » nous offre un autre morceau de sincérité, de compassion , d’empathie envers ceux qui souffrent, qui s’ennuient de ceux qui les ont quitté, on le sent dans cet hymne doux magnifiant les liens entretenus avec son public qui apprécient tout ce qu’elle chante et ressent toute l’émotion qui s’échappe d’elle lorsqu’elle parle de sa maman ou chante pour elle, lui disant tout son amour.

Ginette Reno au Capitole de Québec Ce qui l’amène à parler à Pascalin, son fils, de sa confection, de certains moments particuliers et l’agacer par bouts, donnant un esprit amusant au tout. Elle nous offre un bouquet de grands succès allant des « Croissants de soleil » à « Ma mère chantait toujours » revenant à « Léolo » et « La vie » où elle exprimait « T’es mon amour j’suis ta maîtresse » où tout est « Un peu plus haut » accompagnée de son fils au piano, sous de beaux éclairages et savamment orchestré pour un résultat sans pareil.

La deuxième partie nous montre une Ginette passant au rubis; elle est flamboyante tout comme les couleurs de sa voix, pierre précieuse qu’elle offre à son public sans retenue. Une magnifique histoire d’amour partagé entre elle et son public puis elle et ses musiciens qu’elle apprécie au plus haut point soulignant ce soir la fête des jumeaux Courchesne qui fêtaient leur anniversaire en leur présentant des pointes de gâteaux pour leur faire souffler la chandelle.

Elle répond candidement aux questions que son public lui pose par l’entremise d’un montage vidéo fait en attendant le début du spectacle. Elle parle des hommes de sa vie, avoue que pour elle chaque soir est comme le premier car elle a peur de décevoir et c’est ce qui la rend meilleure, elle veut faire vivre des émotions et elle ne rate pas son coup. Elle offre d’ailleurs à un couple fêtant leur 50e anniversaire de mariage la chanson « L’Essentiel » et lorsqu’on s’arrête aux paroles on comprend que c’est tout simplement la recette du bonheur à long terme.

55 ans d’amour, de rêves, de chansons, de voix douce ou plus présente comme dans « Fais-moi la tendresse », nous amène dans un état émotif où on ressent les frissons à l’infini et même si elle nous dit « Je ne suis qu’une chanson » on ressent tellement plus et malgré tout l’éclairage dans la salle, c’est Ginette qui illumine toute la scène comme seule une étoile peut le faire…quant à la partie a capella de la finale, Ginette est tout simplement magistrale, elle donne tout ce qu’elle a dans le cœur et la seule pensée de ce moment exceptionnel nous rappelle pourquoi elle est no 1 dans notre cœur… une étoile filante que l’on veut éternelle.

Média des 2 rives.com, votre source d'information sur ce qui se passe des deux côtés du fleuve soit Lévis et Québec