Festivent Ville de Lévis – GREGORY CHARLES Phénoménal devant une foule électrisée par la musique!

Festivent Ville de Lévis Ombrage Pour la dernière soirée sur la Scène Hydro Québec on a eu droit à tout un party d'abord avec le spectacle folk indie de Jeffrey Piton qui en a profité pour présenter certains succès et même une petite nouvelle "A place called home" écrite il y a longtemps en nous disant qu'il nous attend au Palais Montcalm en octobre tout en terminant son tour de chant. On aurait dit le calme avant la tempête car dès que les musiciens qui accompagnent le dernier chanteur a passé sur la scène Hydro-Québec pour cette édition 2019 de Festivent on ressent le dynamisme, la passion de Gregory Charles qui déferle de la scène vers la foule qui l'acclame.

Jeffrey Piton Ombrage Il débute par un "Born to be wild" qui annonce la couleur de la soirée qui promet d'être électrisante. Dès le départ il nous annonce qu'il va couvrir avec ses excellents musiciens tout ce qui est musique (mais pas celle de Weezer qui passe sur la scène Loto-Québec en même temps) et il ne perd pas une seconde et repart de plus belle avec du Pagliaro "J'entends frapper" avec une énergie hors du commun, il chante, danse, joue et nous fait embarquer dans le bal en chantant avec lui. Il enchaîne à la vitesse de l'éclair plus d'une cinquantaine de succès y allant de "Nazyland", à "Bad case of loving you" en offrant toute une "Satisfaction".

Gregory Charles Ombrage Les lumières suivent la cadence en allant de tous côtés de la "Poupée qui fait non" à Led Zeppelin "Whole lotta love" qu'il chante comme seul un magicien musical peut le faire et qui nous ramène dans notre jeunesse grâce à un guitariste exceptionnel qui sait faire vibrer son instrument pour nous . Avec sa voix terriblement élastique et électrisante il amène la foule dans un "I saw her standing there" très vigoureux; Gregory dirige autant ses musiciens que les fans dans cette euphorie musicale sans pareille. Il ne se gêne pas pour nous rappeler que tout ce que nous entendons est improvisé et présenté sous la fougue du moment.

Gregory Charles Ombrage Les chansons bouleversent les gens et réveillent notre envie de participer à ce méga party que ce soit avec "The final countdown", "je t'aime comme un fou", "Jump", Sweet dreams", "Summer of 69" ou un "Happy" qui fait sauter tout le monde qui semble si heureux de participer et répondre en choeur à cette machine musicale qui passe d'un style ou d'une époque à l'autre. On passe de "Rehab" à "La bamba" sans aucun soubresauts, tout semble si bien s'enchaîner avec "Hôtel California", "Time after Time", "Sweet Madam Blue" à "la Dame en bleu".

Gregory Charles Ombrage Seul moment d'émotion pure c'est la chanson qu'il dédit à une amie perdue trop tôt Marie Soleil Tougas pour qui il clame "Un peu plus haut, un peu plus loin" seul au piano, sous un éclairage presque céleste rose et blanc, qui se termine par une salve d'applaudissements et de vivas créant une vague d'amour qui a fait couler des larmes sur son visage épanoui. Comme il trouve cela tellement l'fun de voir chanter le public il nous envoie quelques medleys avec "Lindbergh", "Je reviens chez nous", "dans la prison de Londres" jusqu'à la "danse à St-Dilon".

Gregory Charles Ombrage Comme les "encore" se multiplient, on repart "cette soirée là" avec des "too hot", "I feel good" avec une section brass qui nous fait vibrer, un "respect" qui nous fait crier encore plus sans oublier "Oxygène", "Provocante", "Let it be", de Diane Dufresne en passant par les Beatles et même le "YMCA" de Village People ou "Without love" qui provoquent tous une certaine symbiose pour que s'éternise le spectacle qui au final durera près de 2 hres. On sent qu'il est comme un poisson dans l'eau et c'est toute une "Célébration" où on entend la musique de Santana donner la fièvre aux fans qui hurlent de plaisir pour ce "Sex bomb" qui danse devant eux y allant même de "Poker face" car tous les styles lui conviennent.

Gregory Charles Ombrage On peut dire que Gregory Charles est un jukebox vivant qui virevolte en tous sens pour nous offrir un choix incroyable de chansons nous entraînant dans ce tourbillon musical vibrant qui ne s'est arrêté qu'à la dernière seconde possible après tous ces rappels demandés et qu'il nous a offerts avec un plaisir évident.. il nous aurait bien offert 7 ou 8 heures de spectacle mais règlement oblige il a dû s'arrêter, le moindre que l'on puisse dire c'est qu'il est totalement phénoménal.

Gregory Charles Ombrage Encore une superbe édition d'un Festival qui n'arrête pas de grandir au fil des ans, bravo à toute l'organisation pour le travail colossal réalisé tout au long de l'année afin de nous en mettre plein la vue et les oreilles