LE FESTIVAL D'OPÉRA DE QUÉBEC : une 8e édition PLUS AMBITIEUSE QUE JAMAIS!

M. Pierre A. Goulet, président du conseil ainsi que M. Grégoire Legendre, directeur général et artistique dressent un bilan très positif de la 8e édition du Festival d'opéra de Québec qui se tenait du 24 juillet au 6 août 2018.

Grâce à la collaboration pour une troisième année consécutive du partenaire majeur du Festival, BMO Banque de Montréal, et d’acteurs culturels d’envergure dont : l'Orchestre symphonique de Québec; Ex Machina; Les Violons du Roy; la Sinfonia de Lanaudière; l’Orchestre de la Francophonie; le Festival Classica; Jeunesses Musicales Canada; Tempêtes et Passions et le Concours musical international de Montréal, la ville de Québec a vibré pendant deux semaines au rythme de l'art lyrique. Plus de 280 artistes, incluant quatre orchestres, ont charmé le public dans des lieux de diffusion exceptionnels tels que le Grand Théâtre de Québec, le Palais Montcalm, le Théâtre La Bordée, la Chapelle du Musée de l'Amérique francophone, la Basilique Notre-Dame de Québec, ainsi que le Musée national des beaux-arts du Québec. Les partenariats élaborés au fil des ans se sont solidifiés, tandis que de nouveaux ont été conclus cette année.

Le Festival remercie également les nombreux lieux publics qui ont accueilli cette année 19 prestations de la Brigade lyrique. Fidèle à sa mission d’encourager la relève, le Festival fut ainsi l'occasion de découvrir plusieurs jeunes chanteurs qui ont conquis le public par leur talent.

Le CONCERT QUATRE SOPRANOS sous les étoiles : UN VIF SUCCÈS
Le coup d’envoi de l’événement a été donné le 24 juillet avec un concert en partenariat avec Radio-Canada Québec mettant en lumière les diverses facettes de la voix de soprano. Malgré une relocalisation à la Basilique Notre-Dame de Québec, rendue nécessaire en raison de la température, quatre chanteuses au talent exceptionnel ont démontré les nombreuses possibilités expressives du registre féminin le plus aigu : Gianna Corbisiero, Lauren Margison, Claire de Sévigné et Suzanne Taffot, sous la direction de Stéphane Laforest et accompagnées de la Sinfonia de Lanaudière. Ces quatre artistes ont offert une soirée mémorable qui s’est conclue par une ovation debout de la part du public conquis.

LA FLÛTE ENCHANTÉE : UN SPECTACLE MAGIQUE SIGNÉ ROBERT LEPAGE
En partenariat avec Radio-Canada Québec, le Festival présentait comme production principale La flûte enchantée, en collaboration avec Ex Machina. Chef-d’œuvre ultime de Wolfgang Amadeus Mozart mis en scène par Robert Lepage, quatre représentations eurent lieu à guichets fermés au Grand Théâtre de Québec, les 31 juillet, 2, 4 et 6 août.

Le très haut niveau d'excellence vocale des solistes et du chœur, la mise en scène époustouflante et l’excellence de l’Orchestre symphonique de Québec ont assuré à cette production un vif succès, tant par la critique que par le public, qui lui a réservé une ovation à chaque représentation. La performance vertigineuse de la soprano colorature Audrey Luna en Reine de la nuit ainsi que celles des canadiens Frédéric Antoun (Tamino), Gordon Bintner (Papageno) et Simone Osborne (Pamina) furent impressionnants de par leur musicalité et leur technique vocale. Le génie de Robert Lepage, combiné aux effets d’illusions et de magie de Jamie Harrison (qui a notamment travaillé sur le film Harry Potter et le Prince de sang mêlé) ainsi qu’aux costumes flamboyants conçus par Kym Barrett (qui a conçu les costumes pour le film The Matrix) et aux éclairages signés Simon Wilkinson, ont fait de cette soirée un événement hors du commun.

Extraits de presse – La flûte enchantée
La flûte enchantée à la Robert Lepage : la magie ensorcelante « Comme toutes les grandes mises en scène de La flûte enchantée, celle de Robert Lepage fonctionne à plusieurs niveaux. Elle est tout d’abord un émerveillement visuel. […] Cette magie c’est le black art, un art ancien dans lequel la différence entre plans lumineux et plans obscurs permet de donner l’illusion de l’apparition et de la disparition instantanée de choses et de personnages. La technique est magnifiquement maîtrisée et les éclairages de Simon Wilkinson concourent au miracle. »
Christophe Huss, Le Devoir

Des interprètes de réputation internationale « Du point de vue musical, le plateau est dominé par Frédéric Antoun (Tamino) et Gordon Bintner (Papageno). Le développement vocal de Bintner, en troupe à Francfort, est renversant. »
Christophe Huss, Le Devoir

« John Relyea en Sarastro a une voix de basse très texturée, dont les descentes abyssales siéent bien à son personnage. »
Josianne Desloges, Le Soleil

« On retiendra longtemps le célèbre air Der Hölle Rache kocht in meinem Herzen, où la Reine de la nuit, envoûtante Audrey Luna, qui a subjugué la salle, conjure sa fille d’assassiner Sarastro, son ennemi juré. La magie opère dans chaque tableau. Ce monde merveilleux fonctionne par séduction et enchaînements improbables. Le personnage de Papageno est ici fondamental et remarquablement soutenu par un Gordon Bintner dans une grande forme. Il est le héros populaire de cette aventure. De même, la puissante voix de basse de John Relyea propose un immense Sarastro en grand prêtre. »
Alain-Martin Richard, Revue Jeu

« Choisie par le directeur général et artistique du Festival d’opéra de Québec, Grégoire Legendre, la distribution est impressionnante. […] La soprano canadienne, Simon Osborne, excellente dans le rôle de Pamina. Frédéric Antoun, pour sa part, est très juste et touchant dans le rôle de Tamino. Sa voix est magnifique.»
Anne-Josée Cameron, Radio-Canada

LA BELLE HÉLÈNE : collaboration EMBALLANTE avec les Jeunesses musicales canada La collaboration entre le Festival et les Jeunesses Musicales Canada se poursuit. Cette année, La belle Hélène de Jacques Offenbach a conquis le public par son humour et l’engagement scénique des artistes. Cette opérette drôle et savoureuse, présentée par de jeunes chanteurs à la carrière émergente sélectionnés lors d’auditions partout au pays, était mise en scène de façon imaginative par Alain Gauthier sur un livret hilarant de Pascal Blanchet. Elle fut présentée les 28, 30 juillet et 1er août au Théâtre La Bordée. Ce spectacle constitue le point de départ d'une tournée partout au Québec, en Ontario et au Nouveau-Brunswick à l'automne et au printemps, tournée offerte par les Jeunesses Musicales Canada.

VÉRONIQUE GENS et les violons du roy : LA FINE FLEUR DE L’OPÉRA BAROQUE ! Sous la direction de leur directeur musical Jonathan Cohen, Les Violons du Roy accueillaient cette année la soprano française Véronique Gens. Cette grande artiste lyrique acclamée sur les plus grandes scènes européennes, en visite à Québec pour une rare occasion, a offert au public de grands moments de musique. Le concert a eu lieu le 3 août à 20 h, au Palais Montcalm - Maison de la musique.

« L’invitation annuelle lancée aux Violons du Roy par le Festival d’opéra de Québec nous a valu un millésime d’exception avec la venue d’une artiste d’une incomparable distinction. »
Emmanuel Bernier, Bachtrack

« Véronique Gens et les Violons du Roy ont offert un concert-récital majestueux, lyrique, élégant et vif. La soprano française a une présence remarquable sur scène et une voix ensorcelante et le directeur musical Jonathan Cohen avait concocté un programme tout en arabesques pour compléter les airs. […] Droite et puissante, les traits et la silhouette altiers, Véronique Gens semble sortir tout droit d’une tragédie grecque. Lorsqu’elle chante Rameau et Gluck, en français, elle navigue entre les sons et propulse ses aigus de divine manière, sans jamais perdre de vue le sens de ses paroles. »
Josiane Desloges, Le Soleil

OPÉRA-BONBON : L’AVENTURE GOURMANDE DE HANSEL ET GRETEL : REJOINDRE LA JEUNESSE
En collaboration avec les Jeunesses musicales Canada, les cinq représentations dans divers patros et camps de jour de la région de Québec (Roc Amadour, Charlesbourg, Lévis, Loisirs du Faubourg, Laval) d’Opéra-bonbon : Les aventures gourmandes de Hansel et Gretel ont toutes affiché complet. Le jeune public de 6 à 12 ans a été séduit part cet opéra jeunesse qui revisitait avec humour le conte de Grimm bien connu : Hansel et Gretel. Présenté du 24 au 27 juillet, ce mini-opéra a conquis le jeune public captivé par la trame narrative et leur a permis d'apprécier le talent de trois chanteurs et d’un pianiste à la carrière prometteuse. La mise en scène ludique et touchante est signée Alain Gauthier. En raison de sa forte popularité, ce spectacle sera repris le 4 décembre prochain au Palais Montcalm.

Tempêtes et Passions : deux CONCERTS À LA MAGNIFIQUE CHAPELLE DU MUSÉE DE L’AMÉRIQUE FRANCOPHONE
L'organisme Tempêtes et Passions a participé à deux événements du Festival cette année : Viennoiseries musicales II et Tchaïkovski et les russes. Ce dernier événement gratuit, présenté du 30 juillet au 3 août à la Chapelle du Musée de l'Amérique francophone, a été l'occasion d’entendre de magnifiques extraits d'opéras russes rarement entendus. Le public fut au rendez-vous pour ces découvertes, l’événement affichant un haut taux de fréquentation pour ses cinq représentations. Ces extraits, animés et commentés avec passion par le musicologue Georges Nicholson, ont été interprétés avec brio par les artistes lyriques de Tempêtes et Passions.

Présenté à guichets fermés, le concert Viennoiseries musicales II a transporté le public à Vienne l’instant d’un après-midi. L'écoute d'extraits d'opérettes viennoises fut savoureuse, tant pour l’oreille que pour l'estomac puisque le café-boulangerie Paillard a fourni de succulents desserts autrichiens. Ce concert mettait en vedette sept chanteurs de la région de Québec accompagnés par la pianiste Anne-Marie Bernard et mis en scène par le comédien Bertrand Alain, assisté de Patrick Brown.

PELLÉAS ET MÉLISANDE : UNE PREMIÈRE COLLABORATION DE grande qualité AVEC LE FESTIVAL CLASSICA
En partenariat avec le Festival Classica et l’Orchestre de la Francophonie, le Festival d’opéra de Québec présentait le 29 juillet dernier une version concert de l’opéra Pelléas et Mélisande de Debussy, commémorant ainsi le 100e anniversaire du décès du compositeur. La distribution franco-québécoise de tout premier ordre comprenait Samantha Louis-Jean, Guillaume Andrieux, Marc Boucher, Caroline Gélinas, Frédéric Caton, Rosalie Lane Lépine et Martin Dagenais, avec l’Orchestre de la Francophonie sous la direction de Jean-Philippe Tremblay.

Le concert a obtenu l’assentiment de la critique : « […] cette soirée […] s’est avérée d’une éthique musicale exemplaire, unissant pour le meilleur le talent québécois et français, la jeunesse et l’expérience. […] Samantha Louis-Jean incarne idéalement cette femme sortie de l’enfance, perdue et mystérieuse, insaisissable comme l’eau qui la symbolise et qui scintille enfin en voyant le soleil (Pelléas), mais se replie ailleurs en soupirs exsangues. »
Christophe Huss, Le Devoir

« Tous les chanteurs, sans exception, ont livré le texte avec clarté et émotion. […] Les jeunes musiciens de l’Orchestre de la Francophonie ont été à hauteur du défi de cette partition chargée. Ils ont brillé lors des moments de grande intensité […]. »
Samuel Croteau, Ludwig van Montréal

LE RÉCITAL D’ART VOCAL : LE FUTUR DE L’ARt LYRIQUE, MAINTENANT
Le Festival s’est allié cette année au Concours musical international de Montréal afin de présenter l’un ou l’une des gagnant(e)s du Concours. Magali Simard-Galdès, récipiendaire du prix offert par l’Office franco-québécois de la Jeunesse, a ravi le public le 5 août dernier au Musée national des beaux-arts du Québec avec un récital intime de mélodies et d’airs d’opéra de Handel, Fauré, Schubert, Ginastera, Wolf, Chaminade et Gounod, qu’elle commentait d’ailleurs elle-même avec brio. Le public aura l’occasion de réentendre prochainement Madame Simard-Galdès, qui chantera le rôle de Sophie dans la prochaine production de l’Opéra de Québec, Werther de Massenet, présenté les 20, 23, 25 et 27 octobre prochain.

La brigade lyrique : DÉMOCRATISER L’OPÉRA
Pour une 8e année consécutive, le succès de la Brigade lyrique est encore au rendez-vous. Sa formule unique permet de démocratiser l’opéra en présentant des airs bien connus aux quatre coins de la ville de Québec. Ceci s’inscrit dans une mission importante du Festival, soit celle de rejoindre de nouveaux publics friands d’opéra et de lui faire découvrir des talents émergents. Cette année, 19 représentations on eu lieu à travers les principaux lieux publics et parcs de Québec. Le public était plus nombreux que jamais afin de les applaudir. La brigade, composée cette année de la soprano Marjolaine Horreaux, de la mezzo-soprano Éva-Marie Cloutier, du ténor Keven Geddes et du baryton William Desbiens, était accompagnée par les pianistes Jean-François Mailloux et Claude Soucy. La brigade lyrique est présentée en collaboration avec la mesure Première Ovation.

Faits saillants - Festival d'opéra de Québec du 24 juillet au 6 août 2018

Plus de 280 artistes incluant 4 orchestres (Orchestre symphonique de Québec, Les Violons du Roy et la Sinfonia de Lanaudière, Orchestre de la Francophonie) et le Chœur de l'Opéra ainsi qu’une centaine d’artisans;
10 activités différentes pour un total de 41 représentations;
11 lieux de diffusion (Salle Louis-Fréchette, Salle Raoul-Jobin, Théâtre La Bordée, Chapelle du Musée de l'Amérique francophone, Basilique Notre-Dame de Québec, Patro Roc Amadour, Patro Charlesbourg, Patro de Lévis, Loisirs du Faubourg, Patro Laval, Musée national des beaux-arts du Québec);

Un rayonnement toujours croissant sur l’ensemble du territoire de la Ville de Québec : 19 lieux publics extérieurs ont accueilli la brigade lyrique en 2018.

QUELQUES COMMENTAIRES DU PUBLIC
« Quelles voix!!! Quel spectacle!! D’un niveau non seulement international mais interstellaire avec ses effets de magie!!! Chapeau! »

« Je tiens à vous remercier, en mon nom et en celui de ma grand-maman, pour les merveilleuses activités organisées dans notre belle ville pour faire rayonner l'opéra! Nous avons assisté cet après-midi à l'introduction aux œuvres russes à la Chapelle de l'Amérique française. C'était merveilleux. Le choix des pièces était juste et le commentateur permettait de bien saisir l'émotion des textes. »

« Félicitations pour un festival incroyable»!!!

« Une soirée magnifique, exceptionnelle! Trois heures quarante-cinq minutes de ravissement. »