Festival d'Opéra de Québec - Soirée avec les Violons du Roy et Véronique Gens!

Pour cette soirée concert du 3 août 2018, le Festival d'Opéra de Québec en collaboration avec le Palais Montcalm - Maison de la Musique, ont eu le plaisir d'inviter Véronique Gens,soprano, vedette de la scène lyrique européenne, pour nous offrir un récital consacré aux airs d’opéra de Rameau, Gluck et Mozart. C’est accompagnée par Les Violons du Roy, dirigé par Jonathan Cohen, chef, qu’elle a présenté ce concert qui a tenu ses promesses de nous faire vivre toute la gamme des émotions.

Véronique Jean - Soprano Ombrage Après quelques mots de la part du Président du conseil d'administration de l'Opéra de Québec, Pierre Goulet, pour remercier les spectateurs d'être fidèles ainsi que les partenaires, c'est place au spectacle. Dès l'ouverture des portes permettant aux musiciens des Violons du Roy d'accéder à la scène de la Salle Raoul Jobin, les applaudissements fusent de la part des spectateurs pour les remercier de leur présence tout comme pour leur chef, Jonathan Cohen toujours aussi dynamique et qui les dirige de main de maître débutant par Jean-Philippe Rameau et l'ouverture "Hippolyte et Aricie" . Continuant avec le même compositeur Véronique Gens joint sa magnifique voix dans "Quels doux moments" et "Cruelle mère des amours" pour un résultat sans pareil.

Véronique Jean et les Violond du Roy Ombrage Après avoir chanté sur les plus grandes scènes du monde telles que le Convent Garden de Londres, l'Opéra de Paris, le Staatsoper de Vienne entre autres avec les plus grands orchestres du monde, ce soir elle se produit chez nous avec les Violons du Roy. Continuant toujours avec Rameau, on aborde "Les Boréades" avec de belles notes au clavecin qui donne le ton enjoleur de cette pièce musicale puis ils enchaînent avec "Les Indes galantes" et "Dardanus" nous montrant encore une fois la volubilité et la dextérité des musiciens . Pour CHRISTOPH WILLIBALD GLUCK, c'est le duo voix et orchestre qui lui rend honneur avec "Iphigénie en Aulide" chanté puissamment par Véronique Gens avec une telle présence scénique indéniable nous donnant le goùt de la voir dans un opéra complet avec costumes et décor où elle brillerait assurément.

Dans "Armide" (Gluck), elle chante avec passion et on ressent son âme lorsqu'elle nous fait sentir "Enfin il est en ma puissance". Elle est vraiment sculpturale dans sa robe noire stylisée. Avec cette voix comme carte d'embarquement, nul doute qu'elle fasse tour du monde et qu'elle obtienne une ovation monstre après chaque prestation.

En seconde partie, c'est l'ouverture d'Armida de Franz Joseph Haydn où on voit l'intensité du moment de par les directives du chef Cohen qui vibre. Pour la portion de Wolfgang Amadeus Mozart, c'est Véronique Gens toute de rouge vêtue, qui nous transmet avec passion "Vado, ma dove o Dei" nous chantant l'amour. Puis l'orchestre nous entraîne dans une suite de mouvements pour "Thamos Konig in Agypten" qui en andante nous appporte un répit dans un oasis rafraîchissant avant de reprendre vivement en allegro. Le dernier morceau au programme est de Ludwig Van Beethoven et "Ah Perfido" où on a encore une fois ressenti sa passion et ferveur déclanchant une fois de plus les ovations multiples des fans qui ont obtenu un rappel bien senti et lorsque les spectateurs ont quitté la salle il se sentait encore sous le charme de cette soirée magique.

Véronique Jean - Soprano Ombrage Dans les prochains jours, à surveiller "La flûte enchantée" au Grand Théâtre de Québec, les Viennoiseries musicales 2, le récital d'art Vocal et La brigade lyrique...pour les heures et jours voir la programmation sur le site du Festival de l'Opéra de Québec.