FESTIVAL OPÉRA DE QUÉBEC 5e édition – L’AMOUR DE LOIN, mise en scène Robert Lepage

Le 30 juillet 2015, la salle Louis-Fréchette du Grand Théâtre de Québec, s’est transformée en une mer lumineuse sous le doigté magique de Robert Lepage, metteur en scène de l’opéra « L’amour de loin », Musique de Kaija Saariaho, Livret d’Amin Maalouf et direction musicale d’Ernest Martinez Izquierdo. Opéra en cinq actes avec entracte entre le 3e et 4e acte, appuyé par l’Orchestre symphonique de Québec et par le Chœur de l’Opéra de Québec et que vous pourrez voir également les 1er, 3 et 5 août 2015 à 20h.

L'Amour de loin Cette coproduction du Festival d’Opéra de Québec et du Metropolitan Opéra de New-York est en collaboration avec Ex Machina. L’opéra L’Amour de loin est une légende d’amour et de mort où l’Occident chrétien et l’Orient mystique se rencontrent dans les flots de leurs désirs et de leurs rêves impossibles. Entre amour courtois et conte oriental, cette histoire met en scène Jaufré Rudel (Phillip Addis), troubadour et prince de Blaye en France du XIIe siècle, et Clémence (Erin Wall), comtesse de Tripoli, au Liban.

L'Amour de loin Jaufré Rudel, lassé de sa vie de cour, apprend par un pèlerin (Tamara Mumford) l’existence, sur l’autre rive, d’un amour idéal dans la personne de la comtesse Clémence. Séduit par les mots de ce pèlerin et saisi par le désir d’un amour pur et lointain, Jaufré quitte son rivage et traverse la mer pour trouver son rêve. Il est attendu par Clémence, à qui le pèlerin a révélé la présence d’un homme qui « parle d’elle dans ses chansons » et qu’une passion et un espoir nouveau envahissent alors.

L'Amour de loin Le voyage de Jaufré ne sera qu’angoisse et maladie, menant le troubadour non vers l’amour, mais vers la mort. Seul « l’amour de loin » sera possible. Cette tragédie nous est traduite par un Robert Lepage dont le talent s’épanouit et qui crée pour nous des effets bouleversant les standards en matière d’écriture scénique en utilisant de nouvelles technologies. Les effets lumineux à eux seuls traduisent la vie, l’amour, l’espoir ou le désespoir , le jour, la nuit étoilée ou sombre, les levers et couchers de soleil, la mer aux multitudes couleurs et reflets avec ses changements d’humeur donnant lieu à des vagues qui auraient pu les avaler…un espace maritime imaginaire qui devient réel pour les spectateurs.

L'Amour de loin Avec l’insertion de marionnettes que ce soit un dauphin scintillant, une sirène nageant, plongeant et créant des illusions dans l’esprit fatigué de Jaufré, des oiseaux survolant la mer, tout est surprenant dans cet univers coloré. La musique de l’OSQ nous met immédiatement en situation lorsque la mer prend vie et que le batelier arrive dans le décor et que le pont de l’Est se pointe avec Jaufré. On a droit aussi à quelques surprises du Chœur de l’Opéra qui sortent à quelques reprises de l’eau pour un effet particulièrement réussi. Comme dans toutes les productions où Robert Lepage s’implique le décor est très ingénieux et hypnotique pour cette longue complainte de l’amour qui demeure impossible.. sauf cet amour de loin.

Média des 2 rives, votre source d'information sur ce qui se passe des deux côtés du fleuve soit Lévis et Québec