Festival International du conte Jos Violon de Lévis: les Conteurs Étoiles


Cette année l’activité de fermeture du Festival International du conte Jos Violon de Lévis s’est tenue au Vieux Bureau de Poste dès 17hres et nous présentait « Les conteurs étoiles » : Alain Lamontagne, JocelynBérubé et Michel Faubert qui grâce à la qualité de leurs paroles, ont fait du conte un « art de la scène » séduisant le public et inspirant une nouvelle génération.

La salle du VBP était pleine à craquer et on sentait l’anticipation des spectateurs qui avaient hâte d’entendre ce que les 3 conteurs étoiles avaient à leur raconter. Dès leur arrivée sur scène l’écoute était là, prête à se faire conter des histoires à tenir debout, allant de l’hiver jusqu’à l’envol de hibou. Chose certaine, tous attendaient impatiemment le déroulement de cette soirée de clôture et on voyait que les fervents amateurs de conte s’étaient donné rendez-vous.

Est-ce que leurs pères racontaient des histoires et leur a transmis cet héritage? Il semble que non pour la majorité bien que leurs leçons de vie les aient mené vers ce médium. Pour Jocelyn Bérubé la phrase clef de son paternel était « La vie c’est une paire de culotte accrochée aux bretelles de l’espérance » donc pourquoi ne pas tout tenter pour réussir dans cette voie ou une autre, l’espérance étant toujours là.

Festival Jos Violon de Lévis Alain Lamontagne suit les traces du sien en jouant de la musique à bouche et des chansons à répondre qui font bien sourire le public qui connaît son style traduisant son émotion avec sa musique, ses textes rigolos parfois et ses pieds qui giguent en tenant le tempo. Pour Michel Flaubert, c’est le reflet du père qui est important en illustrant le tout par un conte sur un miroir qui peut être parfois trompeur reflétant ce que l’on veut bien y voir.

Festival Jos Violon de Lévis Jocelyn Bérubé nous a raconté son histoire d’Alexis le trotteur de manière très flamboyante avec l’aide de la musique et gigue de son comparse Alain qui nous offre un train démentiel d’une vérité indéniable avant de suivre avec un conte mythique d’un roi qui avait tout sauf de l’eau courante. Il a le don de nous faire voir ce qu’il raconte grâce entre autres à ses moues, facéties et sons délirants rendant l’histoire très colorée pour ne pas dire hilarante lorsque la mort ne tue plus donc que l’on doit recommencer sans cesse à tirer le canard qui ne tombe plus et qui vole plein de plomb dans les ailes ou imaginer les animaux à l’abattoir qui ont des migraines effrayantes.

Sans oublier Michel Flaubert qui nous raconte une histoire d’un prince pas comme les autres, d’une relation frère et sœur hors de l’ordinaire et du miracle du pardon qui guérit les plaies les plus graves.

Festival Jos Violon de Lévis Peu importe le conte, les étoiles ont su captivé l’attention d’un public qui ont savouré chacune de ces histoires débridées et ont peut-être redonné le goût aux parents et grands-parents de raconter des histoires à leurs petits enfants en déverrouillant le tiroir à souvenirs et attisant la flamme de l’imagination qui se retrouve au fond de nous.

Média des 2 rives.com, votre source d'information sur ce qui se passe des deux côtés du fleuve soit Lévis et Québec