FESTIVAL DE CINÉMA POUR ENFANTS DE QUÉBEC – cérémonie de clôture

Même si la cérémonie de clôture a eu lieu ce soir, 6 mars 2015, on souligne que le Festival de cinéma pour enfants de Québec continue encore tout le week-end avec entre autres une journée thématique Baseball, ce samedi 7 mars où les jeunes pourront rencontrer leurs idoles en plus de voir un film sur « La gang des hors-la-loi » et pour dimanche une classe de maître avec Bryan Perro au Musée de la civilisation et des ateliers de plateau de tournage à l’École de cinéma et télévision de Québec sans oublier tous les films à l’horaire pour les 2 prochains jours.

Lors de la cérémonie M. Robin Plamondon, président du Festival, nous apprend qu’ils ont dépassé l’objectif 2015 et qu’ils ont atteint 10 000 festivaliers vendredi soit le double de 2012 grâce à leurs volets accessibilité, divertissement et découverte. Il remercie les bénévoles et commanditaires ainsi que les membres du jury.

Des prix ont été remis pour :
Long métrage : meilleur film : « Tante Hilda »,
meilleure réalisation et choix du public : « Le chant de la mer »

Court métrage meilleur film et choix du public : « En sortant de l’école »
meilleure réalisation : « Que la nuit soit douce »
coup de cœur du jury : « A girl named Elastika ».

Et ils ont remis également des prix pour le concours de courts métrages pour la soirée anti-festival.

Finalement on a pu voir en exclusivité la présentation du film « L’extravagant voyage du jeune et prodigieux T.S.Spivet » , drame d’aventures réalisé par Jean-Pierre Jeunet d’après l’œuvre de Reif Larsen avec des acteurs de qualité et des images exceptionnelles. L’histoire débute dans l’ouest, plus exactement dans le Montana, par où passe 3 fois par jour le train du Union Pacific qui pourrait les amener voir le monde.

On fait connaissance avec la famille Spivet, maman collectionneuse d’insectes, papa un cowboy dur à cuir et les enfants : l’une qui rêve de passer à la télévision, l’autre qui est comme son père, cowboy dans l’âme et le dernier qui est inventeur et d’une intelligence hors du commun. Ce jeune surdoué passionné pour les sciences crée une roue à propulsion magnétique et il apprend que son invention lui vaut un prix prestigieux qu’il doit aller quérir à Washington. Il réfléchit à ce qu’il doit faire et décide de tenter l’aventure et c’est à bord d’un train que son voyage clandestin à travers l’immensité des Etats-Unis s’entame, un périple qui sera parsemé de rencontres inattendues. C’est un film très imagé au départ par des paysages d’une extrême beauté qui parfois reflètent l’état d’âme du jeune aventurier et par les réflexions qu’il se fait, qui nous apparaissent comme des bulles imageant ce qu’il ressent et pense…très imaginatif et instructif. Il passe du Montana au Wyoming, Nebraska, Chicago et Washington et il y rencontre des gens qui auront un sens profond dans son voyage. De belles histoires s’y retrouvent comme la découverte du journal de sa mère, la bonté d’inconnus, des histoires, des faits scientifiques bien dessinés, représentés de façon tangible.

Il arrivera à destination tant pour le congrès scientifique qu’il épatera du haut de ses 10 ans que dans la compréhension qu’un enfant de cet âge peut avoir sur la vie, l’amour, la famille et les sentiments qui en découlent. Le tout, une bien belle histoire à voir et revoir pour la qualité exceptionnelle de ses dessins, images, jeu des acteurs et scénario.

De plus on a le plaisir d’apprendre que certains films continueront d’être disponibles au cinéma Le Clap, tels que : Le promeneur d’oiseau (v.f. the Nightingale) qui promet de nous tenir en haleine avec ce conte qui nous amènera aux confins de la Chine traditionnelle, dans une nature magnifique où des changements d’attitude et de cœur peuvent survenir…de beaux moments d’aventures à découvrir dès le 20 mars 2015.

Média des 2 rives.com, votre source d'information sur ce qui se passe des deux côtés du fleuve soit Lévis et Québec