Domaine Cataraqui – Pour entendre la musique classique à son meilleur!

Domaine Cataraqui Ombrage Ce Dimanche le 29 octobre 2017, à 14 h signalait le retour des concerts classiques au Domaine Cataraqui, formule concerto apéro car après le concert (environ 1h30 avec entracte) on est invité à déguster un apéro (une consommation incluse) cette fois de bulles accompagné de fromages du Québec. Au programme deux jeunes artistes soit Émilie Auclair, violon et Samuel Blanchette, piano . La Commission de la capitale nationale du Québec et le Conservatoire de musique et d'art dramatique du Québec convient ainsi les amoureux de musique classique à assister à une série de concerts au cœur d'une villa historique magnifique.

Dès notre arrivée au Domaine, la magie opère déjà dans ce jardin hôtelier de la Capitale Nationale. Le personnel est accueillant et on se sent comme chez nous dans le grand salon où des chaises confortables vous attendent pour ces grands concerts et les gens présents sont tout sourire et heureux de voir que la relève musicale prend place devant leurs yeux ébahis de voir tout ce talent qu’ils nous présentent candidement et généreusement.

Dès son entrée Samuel Blanchette-Gagnon , pianiste de 21 ans nous décrit son programme en nous indiquant comment les pièces ont été crées comme pour les « Variations Abegg, op 1 » de Robert Schumann qui a composé ses 5 variations partant de l’inspiration de la comtesse d’Abegg et des différents thèmes représentés. Ses mains agiles glissent de manière élégante sur le clavier faisant vibrer les notes avec un plaisir évident qui se reflète sur son visage arborant à quelques occasions un large sourire. Avec « Fantasia quasi Sonata » de Liszt, on passe du romantisme et tombe dans la démesure, la sonate d’une durée de 18 min qu’il interprète tout d’un souffle, sans partition toute comme la première. Il nous fait vivre toutes les émotions véhiculées allant de la terreur en passant par la prière, Dieu et rappelant Béatrice, la sainte qui guide son voyage en enfer tout en profondeur.

La salle est tellement intime que l’on peut observer des détails qui nous auraient autrement échappés ; on ressent vraiment leur intensité des notes , la vibration des mouvements plus forts, les sons allant du plus clair au plus profond. La cavalcade des notes plus claires nous donnent l’impression de passer par une clairière quelques secondes avant de terminer la descente funeste. On sent sa passion se transmettre aux notes en feu pendant que l’on voit les feuilles orangées qui tombent au sol à travers les fenêtres du solarium.

Dès notre arrivée au Domaine, la magie opère déjà dans ce jardin hôtelier de la Capitale Nationale Ombrage En seconde partie, c’est la virtuosité de la jeune violoniste Émilie Auclair qui est mise en évidence lors de ce « concerto pour violon en ré majeur, op 77 » de Johannes Brahms. Elle est accompagnée par une pianiste du conservatoire Nancy Pelletier. On apprend que cette pièce a été composée pour son ami et les notes légères s’envolant sur cette pièce de l’époque romantique nous chantent la beauté, la pureté se dégageant de l’archet qui par moments s’évadent dans une échappée plus rigoureuse. Elle fait chanter et presque pleurer son instrument avec aisance et dextérité. On dirait même que l’oiseau qui virevolte près des grands arbres est charmé par ce concerto et se rapproche pour mieux l’entendre. On sent l’amour, la tendresse qui s’en dégagent et transcendent au bout de ses doigts nous montrant la passion débordante qui prend vie .

Ensuite elle nous montre les variations de Paganini, le violoniste du diable, qui s’était inspiré de Rossini « I Palpiti, op 13 », l’un des cinq plus célèbres concerts au monde, devient sous ses mains un véritable délice nous démontrant la qualité d’interprétation, encore une fois sans partition, tant de notes vibrantes contenues qui s’échappent sans retenue. Introduction toute en douceur qui nous montre sa vision de l’opéra de Rossini parfois très enjouée avec un léger sourire lors des moments plus endiablés transmettant ses émotions qui nous plaisent vraiment; tout un duo qui a retenu l’attention des spectateurs .

Émilie Auclair, violon et Samuel Blanchette, piano Ombrage La présentation de cette série mettant en valeur de jeunes artistes de niveau supérieur du conservatoire de musique permet à la Commission de la capitale nationale du Québec de consolider la vocation pédagogique du domaine Cataraqui, qui accueille déjà une antenne de l’École hôtelière de la Capitale et qui, notamment, est associée à certains programmes du Collège Mérici. Trois autres présentations sont au programme pour la saison 2017-2018 soit :

· Dimanche le 26 novembre, à 14 h
Porto et chocolat

· Dimanche le 25 février 2018, à 14 h
Cidre et fromage

· Dimanche le 25 mars 2018, à 14 h
Whisky et chocolat

TARIFS 29.95$ par personne taxes comprises
106$ par personne pour l’abonnement à tous les concerts (taxes comprises)
Plus de détails à venir sur la programmation !
Réservation et information au 418 528-7433.