DIVA BY NIGHT…NATALIE CHOQUETTE en pleine ébullition

Pour son passage au 5e Festival d’Opéra de Québec, Natalie Choquette , reconnue pour sa folie créatrice nous amène au cœur de sa fantaisie pour nous faire vivre l’histoire de d’Élizabeth 1, cinquième et dernière monarque de la dynastie des Tudor (fille d’Anne Boleyn et d’Henry VIII) comme elle ne nous a jamais été racontée. Subissant beaucoup de pression concernant le mariage car on souhaitait un héritier issu d’un bon mariage pour revenir à un mode plus traditionnel de monarchie où le mari gouvernait.

Diva by Night L’histoire se passe en 1581. Cela fait des mois qu’il pleut à Londres… quant aux amours, rien ne va plus! Même le thé ne suffit plus à remonter le moral d’Élizabeth 1re…On la voit entrer en scène par la salle, saluant au passage son peuple qu’elle adore, abordant une tenue royalement brillante, avec une collerette ornée de diamants et une jupe aux dessins variés et surprenants. Elle chante son amour avec passion et émotion; elle désespère de trouver l’amour mais reçoit plein de déclarations et demandes en mariage qu’elle refuse du revers de la main jusqu’à l’arrivée de l’ambassadeur du Duc d’Anjou qui la convainc de donner une chance à la proposition de son maître.

Tout au long elle est appuyée par deux musiciens merveilleux qui mettent en valeur son talent vocal; « James Bird » William Byrd(Dominic Painchaud) fait plusieurs envolées, servant même de pigeon voyageur à l’occasion, avec ses claquettes ou son violoncelle à la voix lancinante et hypnotisante. En ce qui a trait à Jean de Simier ( Dominic Boulianne) qui l’accompagne tant au piano et qu’à la voix , il est un ambassadeur du tonnerre qui met en valeur sa reine sans oublier Margot (Mme Rossignol) qui sert sa majesté sans rechigner.

Après l’avoir hypnotisée pour connaître son histoire et ses désirs profonds ce qui nous donne des perles sous forme de chanson traditionnelle mêlée d’un surprenant « dans la prison de Londres » claquette et cuillère en bois à l’appui et qui donnait le ton à une histoire complètement déjantée historique mais rocambolesque y ajoutant des chants maternels d’adieu avec puissance et diligence. Elle en profite pour parler de Robert son amour secret, qui est choisi dans la salle et qui répond vraiment bien à ses avances et reproches faisant rire encore plus les spectateurs qui ont applaudi sa prestation. « I could have dance all night » , « Milord », « French Cancan », « Il avait 18 ans » et autres chansons inventives « I am a teapot » font partie de la distribution.

Lors de la traversée entre les deux pays on frôle le titanesque avec « My heart will go on » et pendant les changements de décors ou de costumes, c’est l’oiseau-violoncelle ou le valet-piano qui nous éblouissent par leur dextérité phénoménale. D’ailleurs une scène de plage sur la Côte d’Azur donne une des portions les plus drôles de cette saga. Partant de « La mer » avec patte de canard et séance de yoga des plus vigoureuses se terminant sur la chandelle , entrecoupé d’une sortie sur « Les maringouins » pour se retrouver devant une diva qui interprète une prière fervente, un « Ave Maria » des plus brillants avec grâce, reflétant la cantatrice de mille feux allumés par sa passion…un moment merveilleux que l’on est pas près d’oublier.

Diva by Night Son arrivée au Cabaret ne passe pas inaperçue en particulier grâce à sa tenue « Tour Eiffel » qui déclenche encore une fois un rire collectif que l’on ne peut retenir… Glorianna s’amuse et nous divertit par le fait même. On voit qu’elle ne se prend pas au sérieux et c’est cette version aux abords de la folie qui fait qu’elle nous fait découvrir l’art lyrique tant aux initiés qu’aux nouveaux adeptes de l’Opéra.

Tout au long « Elle cherche un homme », un Pierre, un Paul, un autre homme dans la salle et pas besoin qu’il soit une lumière. Que ce soit en paroles ou en chansons, tout est sujet à la dérision. On voudrait bien l’aider lorsqu’elle demande « Find me someone to love » même s’il venait d’avoir 18 ans, dans une performance tendre, vulnérable, puissante mais très fofolle - Elle se donne entière, avec passion et va retourner vers son peuple plutôt que de répondre au passionné « Only you » de son ambassadeur . Elle sera l’épouse de l’Angleterre en pensant à tous leurs rêves les menant vers « La Quête », un intemporel servi à la sauce immortelle . L’art de l’absurdité magnifiée à la sauce « opéra » et servi par une voix envoûtante, magique, tout simplement magnifique.

Pour tout savoir sur les événements et les dates du Festival 418-529-0688 www.grandtheatre.qc.ca

Média des 2 rives, votre source d'information sur ce qui se passe des deux côtés du fleuve soit Lévis et Québec