Soirée au théâtre Le Songe d’une nuit d’été de Shakespeare avec la musique de Mendelssohn

Lors du 16e gala-bénéfice des Violons du Roy et de la Chapelle de Québec qui a eu lieu au Palais Montcalm ce jeudi 3 avril 2014, nous avons accédé à l’univers musical de Denys Arcand et c’est un peu sous forme « invitation dans mon salon » que Denys Arcand se dévoile un peu en répondant aux questions de Laurent Patenaude, Directeur principal de l’administration artistique en discutant avec lui de ses découvertes musicales entre la présentation des six pièces au programme provenant de ses films, le tout présenté par la Banque Nationale.

En quarante ans, Denys Arcand a su s’imposer comme l’un des cinéastes canadiens les plus renommés sur la scène internationale. Auteur-réalisateur de nombreux longs métrages de fiction et documentaires, il s’est fait remarquer notamment avec le « Déclin de l’empire américan »(1986) et « Jésus de Montréal » (1989) tous deux en nomination de l’Oscar du Meilleur film en langue étrangère sans parler du succès phénoménal des « Invasions barbares » (2003) entre autres.

Mathieu Lussier, chef en résidence des Violons du Roy était très heureux de diriger les œuvres de son ami en débutant par du Handel et des images du Déclin de l’empire américan qui nous montrent quelques extraits dans lesquels nos acteurs préférés sont si jeunes, leur histoire, leurs visages étant gravés à jamais dans l’éternité grâce à la magie du cinéma et la trame musicale en augmente l’émotion.

Denys Arcand et les Violons du Roy On apprend que M.Arcand a développé son goût pour la musique en voyageant beaucoup et il rattache ses souvenirs musicaux aux endroits visités; il a pu voir des légendes joués dans des endroits magiques. La voix angélique de Florie Valiquette, soprano, donne une sensation encore plus magique à l’extrait de l’opéra « Giulio Cesare » qui avait été choisi car il allait parfaitement bien avec les images de la fin du film, qui pénètre l’âme en glissant sur la brume du lac au matin levant.

La musique dans un film ça soutient, colore ou transforme la scène, fait voir les images et cela peut devenir angoissant de jumeler les images avec la musique que l’on a en tête. Dans « L’âge des ténèbres », c’est la mère de Rufus Wainwright qui l’a forcé à chanter pour M. Arcand avec les Violons du Roy et c’est Jean-Michel Richer, ténor, qui nous offre ce soir « Du moment qu’on aime » qui sait charmer l’assistance.

Pour « Réjeanne Padovani », film racontant la vie d’un chef de la mafia qui voulait faire plaisir à un maire en invitant un quatuor de cordes et une jolie chanteuse, il a choisi du Gluck et la version italienne d’un extrait de l’Opéra Orfeo ed Euridice. Avec les images projetées derrière les musiciens cela donne un effet spécial qui parfois a bien fait rire les spectateurs particulièrement lorsque l’on voit comment s’amusent les musiciens du quatuor en question mais qui va si bien avec la voix scintillante de la mezzo-soprano Emma Char.

M. Arcand nous parle de musique minimaliste ou répétitive, n’ayant ni début ou fin, qui convient parfaitement aux images cinématographiques car elle est évocatrice tout comme celle de Philip Glass collait à l’esprit des « Invasions barbares » avec « Façades » et un montage maison de toute beauté de Michel Robitaille, Directeur de production et des tournées, a donné un grand moment d’émotion avec la superposition de la musique et des scènes choisies marquant bien l’intensité du moment.

Pour terminer la soirée ce sont quatre extraits de Pergolesi tirés de « Jésus de Montréal » dont une partie de la trame musicale vient d’un coup de foudre de Denys Arcand pour deux chanteuses rencontrées lors d’un voyage à Budapest et qui se retrouvent à la fin chantées par nos deux grandes voix féminines de la soirée, soit Florie Valiquette et Emma Char qui nous reviennent pour terminer ce programme avec charisme, nous laissant sur les deux chanteuses du métro donnant une dimension supplémentaire à l’extrait interprétée en direct.

Soirée très intéressante, instructive nous ayant permis d’entrouvrir la porte menant à l’univers musical de Denys Arcand qui nous reviendra l’an prochain lors de la saison 2014-2015 des Violons du Roy pour un projet qui saura encore une fois nous ravir sans aucun doute…à suivre sur l’horaire du site des Violons de Roy.

Média des 2 rives.com, votre source d'information sur ce qui se passe des deux côtés du fleuve soit Lévis et Québec