Festival Contes du littoral en Bellechasse, édition virtuelle!

C'est au cours du dernier week-end, soit les 12, 13 ou 14 septembre 2020 qu'a eu lieu la 23e édition du festival Contes du littoral en Bellechasse mais distanciation oblige elle a eu lieu de manière virtuelle. Trois spectacles ont été présentés en temps réel sur la page Facebook et la chaîne You Tube du festival Contes du littoral en Bellechasse.

Comme l'esprit éphémère des arts de la scène est au coeur même du festival, aucune rediffusion n'était prévue donc ce sont les gens qui se sont connectés en direct qui ont pu profiter des spectacles prévus. Celui qui nous a séduit était la traditionnelle veillée de contes avec un collectif des conteurs de la région soit Nicolas Godbout, Jean Fradette, Jocelyn Bérubé et Arleen Thibault qui se sont partagés la scène pour offrir leurs meilleurs histoires aux festivaliers.

Dès 20h le samedi 12 septembre , c'est le directeur artistique depuis 5 ans, Nicolas Godbout qui s'amène avec l'histoire de Ti-Jean dont la mère était veuve et qu'il voulait aider car ils n'avaient vraiment pas grand chose pour vivre sauf la caillette, leur vache, après une erreur monumentale ils n'ont plus que la peau de la bête et ses cornes qu'ils vont vendre à la ville; en chemin ils vont prendre de l'ombre dans un arbre . Pendant ce temps 3 voleurs s'arrêtent dessous et après les avoir trompé et apeuré, Ti-Jean récupère leur butin et revient à la maison avec sa mère. les 3 chevaux et 3 sacs d'or que les voleurs ont laissé en partant à la course. Après maints mensonges et subterfuges auprès du seigneur de son coin, que Nicolas nous raconte avec verve et détails, et après avoir déjoué la mort, Ti-Jean arrivera à réaliser son rêve ultime de marier la fille d'un noble et de vivre heureux.

Nicolas Godbout - Photo de Régent Lehouillier Ombrage Ensuite c'est Arleen Thibault qui sort son imaginaire en pyjama pour un petit conte sur la maladie où la migraine, la crampe et la mort se transforment en 3 belles femmes essayant de séduire un berger pour obtenir un mouton et se mitonner un bon ragoût car elles sont toutes les trois affamées. Chacune esssaie de son mieux de lui faire peur pour qu'il leur donne son bien gratuitement mais malgré tout, leurs essais demeurent infructueux car le berger a finalement compris que si elles ne pouvaient l'aider à prolonger sa vie, elles ne pouvaient rien contre lui non plus, donc elles ont du vivre un vendredi d'octobre le ventre vide.

Pour Jocelyn Bérubé, il voulait faire un hommage aux premières nations, leur place et richesse culturelle en répondant à la question "pourquoi le jour et la nuit, le soleil et la lune sont devenus les deux astres régissant la vie?". Au début c'était très entendu de parler dans la nuit des temps avant qu'il y ait le jour des temps. Très longtemps le soleil, la lune et leurs enfants passaient le temps toujours ensemble sour les rayons du soleil jusqu'à ce qu'un sentiment de jalousie se pointe et que la lune voulait aussi être adorée comme le soleil. Elle convainc le soleil de mettre ses enfants dans une poche et de les laisser tomber dans la mer de Champlain tandis qu'elle avait mis les siens à l'abri en lançant un sac de pierres à la place. Par la suite le soleil s'ennuyait comme un vieux retraité et devient dépressif; pour la première fois de sa vie il alla se coucher faisant tomber la nuit noire. C'est à ce moment là que la lune en profita pour remonter au ciel avec ses enfants, briller de mille feux et offrir au monde de la nuit, un lieu pour les amoureux qui chantèrent ses louanges finalement avec ses étoiles. Depuis ce temps la lune devient la veilleuse de nuit et le soleil le magasin à rayons en se revoyant de temps en temps lors de petites éclypses. Quant aux enfants du soleil, comme il n'avait pas attaché son sac, ces enfants devinrent les plus belles étoiles de mer que la mère Océane adopta et qui peuplent notre univers.

Jocelyn Bérubé à «Le vieux Québec fête l'hiver» - 
Archives Media des 2 Rives Ombrage Jocelyn Bérubé performait dans le cadre de l'édition de: «Le vieux Québec fête l'hiver», Cliquez pour voir l'article

Pour terminer la première partie, c'est un porteur de la tradition, Jean Fradette avec l'histoire d'un certain Ti-Jean (16 ans) qui voulant aider sa pauvre mère et alla au village vendre son cochon mais fut arnaqué sur le chemin par les fils des Ricolins (grands voleurs de la région). Après avoir réfléchi, il annonça à sa mère qu'il leur avait vendu le cochon et récupérerait l'argent dans les jours suivants. Il inventa des personnages qui chacun leur tour et selon les circonstances qu'il a créées reprenait de l'argent du père après quelques sévices bien partagés qu'il soit déguisé en créature, en médecin ou un quêteux. Donc ce ratoureux a réussi à les faire fuir et avoir tout leur argent pour bien vivre avec sa mère; ce qui termina la première partie de 1h10.

Les 4 interprètes sont revenus après une pause avec d'autres histoires de vache, curé, innocent ou une légende de Mme Beaudoin dont on peut choisir la fin ou réponse à des questions sur certaines légendes sur les animaux l'hiver pour terminer avec une fée, sa baguette magique et le bonheur jusqu'à la fin de vos jours avec 12 enfants comme dans toute bonne histoire. On a passé une très belle soirée avec des conteurs de magie et de légendes. En espérant qu'en 2021 on aura la possibilité de les revoir en personne pour partager de plus près leur richesse.