LES CHRONIQUES DE SAINT-LÉONARD à Québec, le 12 avril 2015

C’est ce dimanche 12 avril 2015 que « Les chroniques de Saint-Léonard » nous ont été présentées à la Salle Albert-Rousseau de Québec, pièce de Steve Galluccio, mise en scène de Monique Duceppe avec Émilie Bibeau, Pierre-François Legendre, Pauline Martin, Béatrice Picard, Sylvie Potvin, Claude Prégent et Harry Standjofski, tous plus en forme que jamais.

Les Chroniques de Saint-Léonard Robert et Terry sont Italiens, issus d’une famille traditionnelle légèrement envahissante. Ils ont décidé de quitter Saint-Léonard pour s’installer à Beaconsfield, mais sont incapables de l’annoncer à leurs proches. Ils profiteront de l’anniversaire de l’une de leurs mamans pour sortir le chat du sac, mais ce ne sera pas sans peine. Parce que quand on est nés à Saint-Léonard, c’est pour la vie!

Donc à partir d’un scénario simple et possible de la vie de tous les jours des habitants du quartier Saint-Léonard de Montréal, les divers intervenants nous mettent immédiatement en situation lors de ce souper du dimanche soir en nous invitant à leur table pour que l’on puisse y entendre leurs secrets qui se dévoilent au fur et à mesure de l’intrigue. Comme dans toute bonne famille italienne, c’est le personnage de Dora, chère grand mère qui est interprétée par une Béatrice Picard qui prend toute la place ou presque et qui définitivement dirige la vie de la famille car elle en est le cœur.

Les Chroniques de Saint-Léonard Elle peut taper sur les nerfs de ses enfants, qui sont tannés d’entendre ses souvenirs d’antan, de sa jeunesse, de la guerre, de ses amours et qui semblent parfois devenir un rouleau incessant se répétant mais qui amènent leurs lots de farces bien placées qui font bien rire le public présent. Qu’est-ce que l’on peut s’attendre quand on vieillit; certaines de nos fonctions sont perturbées, on aime un peu plus le vin qui nous fait apprécier un peu plus la vie et quelques regrets font surface pour révéler un amour caché qui générera une cascades de confidences et de non-dits qui soudainement explosent au grand jour.

La musique du locataire du dessus qui tape parfois sur les nerfs, la fête d’Élisa, le repas inversé du dessert en allant vers les spagettis, les révélations d’infidélité et leurs raisons, un voyage cadeau qui devient presqu’un poison quant au choix de la destination, la mafia , le déménagement en vue, le mauvais vin, les enfants et l’appartenance à St-Léonard, tout passe au moulinet même les films stimulants.

Les Chroniques de Saint-Léonard Lorsque Dora part pour un meilleur monde, la réflexion et le pardon amorcent un autre virage et donne lieu a un résultat plus surprenant après avoir entendu ce qu’elle voulait partager de sa sagesse, soit ce qui lui manquera le plus comme les soupers du dimanche, les histoires à raconter, leurs visages car elle s’ennuiera de ceux qui ont fait partie de sa vie…mais elle devrait pouvoir aller les visiter en enfer un de ces jours. Une belle brochette d’acteurs qui nous ont fait oublier Québec pendant 1h30 pour nous amener dans leur quartier de St-Léonard.

Média des 2 rives.com, votre source d'information sur ce qui se passe des deux côtés du fleuve soit Lévis et Québec