CCLEVIS – LA RENTRÉE ÉCONOMIQUE - Débat très animé et dynamique!

Chambre de commerce de Lévis Ombrage Après avoir été reporté en janvier en raison de tempête, le dîner-conférence Bell portant sur la Rentrée économique a finalement eu lieu ce lundi 26 février 2018 au Centre des congrès de Lévis devant une assemblée très captivée par ce qu’avaient à leur dire les trois experts venus ce midi pour débattre sur ce que nous réserve l’actualité politique et économique pour 2018.

Avec une animation de Karine Lehoux, conduite d’une main experte, nos trois panélistes étaient : François Bourque (chroniqueur au Soleil), Stéphane Gasse (animateur 102,1) ainsi que Vincent Marissal (directeur principal chez TACT intelligence-conseil) qui se sont prêtés au jeu de questions et réponses avec dynamisme et de manière très légère rendant encore plus intéressantes leurs diverses interactions.

Après avoir parlé légèrement de leurs coups de cœur respectifs sur les Olympiques venant de se terminer dont ils ont apprécié la participation des femmes, des évènements chronométrés permettant de voir d’autres joueurs dans le monde, le débat s’est porté sur la politique municipale. A savoir si Québec pourrait avoir perdu de son lustre depuis quelques années, ils s’accordent pour dire que les indicateurs indiquent que tout va bien à Québec, en particulier depuis l’arrivée du maire Labeaume et avec le maire Lehouillier on a fini par croire que l’on pouvait faire quelque chose comme en parle M. Gasse.

CCLévis - Dîner-conférence Bell Ombrage Selon la vision montréalaise de M Marissal, à part de la possibilité d’un train rapide entre Montréal et Québec qui améliorerait le transport et la possibilité d’un 3e lien qui est mal compris en ce moment, le Québec ne donne pas l’impression d’avoir perdu des plumes. Il ne faut pas oublier l’héritage du maire Lallier qui a aidé à changé l’image de la ville de Québec et contrairement à Montréal, il n’y a pas eu de scandale à Québec. M.Bourque croit que depuis les festivités du 400e, Québec a continué sur sa lancée et d’aller de l’avant.

Au niveau de la position pour attirer des familles dans la région de Québec et Lévis, il ajoute que c’est une région sécuritaire avec une excellente qualité de l’air, mais la circulation va risquer de nuire à l’attractivité cependant l’offre des spectacles s’est amélioré à Québec. Consensus sur les offres culturelles car la ville vibre beaucoup avant de parler des avantages et problèmes du plein emploi, car il manque de main d’œuvre et le recrutement devient un problème. On doit trouver les moyens de faciliter l’accès au Québec pour les employés venant de l’extérieur et trouver des politiques d’intégration dans le milieu. Quand on voit des panneaux offrant des emplois sur les usines qui longent la 20, c’est vraiment un besoin criant que ce soit pour des emplois spécialisés ou non.

Au niveau mobilité, que ce soit la possibilité d’un troisième lien ou de différents projets de transports en autobus ou tramway , il en ressort qu’un réseau pouvant desservir tout autour de Québec et Lévis serait souhaitable mais il faut d’abord déterminer les bons corridors avant le choisir le moyen de corriger la situation et non pas seulement pour les heures de pointe. Il est essentiel d’aller de l’avant et étudier toutes les possibilités le rendant plus convivial, attirant pour que les gens les utilisent plus mais ils doivent être vraiment efficaces et en fonction de manière permanente, sans être toujours en panne.

Peut-on rêver d’un 3e lien ? On peut être réticent et se demander est-ce que cela va vraiment aider à la congestion – M Bourque en doute tandis qu’à l’opposé M. Gasse croit que les gens de la Rive-Sud le veulent à 80% donc il faut voir où cela va nous mener et cela va être efficace. Et comme le confirme M. Marrissal, il y en a des pour et des contre et pas de milieu avec des études concluantes donc pas de projet efficace pour l’instant pour améliorer la mobilité.

Pour mettre fin aux discussions stériles une collaboration efficace entre les deux rives qui doivent travailler ensemble pour l’intérêt public. M. Gasse félicite la Ville de Lévis de se tenir debout devant celui qui tient la boîte d’allumettes dans la poudrière et qu’il est content que Lévis tienne son bout avec la belle vitalité économique actuelle. Pour M. Marissal, il constate une grande différence entre ici et Montréal qui est indifférente envers les régions rapprochées tandis qu’ici les deux villes peuvent travailler ensemble assurément.

CCLévis - Dîner-conférence Bell Ombrage Est-ce que tous nos enjeux peuvent influencer le poids politique? On parle ici d’un possible balayage de la Coalition Avenir Québec ou de naissance de nouveaux partis politiques. Les élus font des listes d’attentes mais cela n’influence pas les résultats; les gens votent souvent parce qu’ils sont tannés du parti en place. Pour les prochaines élections cela pourra être intéressant de voir les villes qui vont voter pour un parti qui sera au pouvoir dans leur région et on pourrait ainsi se retrouver avec un ministre à Montréal si quelqu’un se faisait élire dans Montréal Est?

Pour les prochaines élections on peut s’attendre à des engagements à répétition en utilisant des surplus . On va essayer de jouer au plus fin et de plaire à tous et tous vont courtiser la classe moyenne. En terminant avec une série de VRAI et FAUX, on croit que d’ici 10 ans, un 3e lien sera là, que U2 viendra se produire sur les plaines, que la pénurie de main d’œuvre ne sera pas encore réglée mais pas de Nordiques et que Gaétan Barette sera en place jusqu’aux prochaines élections – ce qui a bien fait rire les gens de la salle. Donc encore une fois un dîner Bell qui a été très apprécié. Le prochain aura lieu le mardi 27 mars 2018 et portera sur l’endettement des ménages sur le monde des affaires.