BOB WALSH – APRÈS LA TEMPÊTE – À L’IMPÉRIAL BELL

C’est le samedi 2 mai 2015 à l’Impérial Bell, 252 Saint-Joseph Est à Québec que Bob Walsh accompagné de ses musiciens complices de ces 15 dernières années, sont venus présentés le dernier album de Bob « Après la tempête » contenant des pièces originales mais aussi des interprétations de certains de ces coups de cœur.

Il a gracieusement accepté de nous recevoir dans sa loge avant le début de son spectacle et sa simplicité, sa complicité et son accueil sont incomparables. Le titre de son dernier album est la suite logique aux problèmes de santé qu’il a subit ces deux dernières années mais qui ne l’ont pas empêchés de repartir de plus belle sur la route des tournées grâce à l’aide de sa complice qui surveille bien son alimentation. Les choix de ses chansons viennent du cœur pour ces pièces intemporelles qui ont suivi son parcours.

En pleine discution avec Bob Il a débuté dans le domaine en 1965-1966 avec un premier band qui jouait dans les salles paroissiales puis dans les bars en 1969-1970 en faisant de la chanson folk ou rock et comme il jouait à l’oreille, il organisait les chansons pour être confortable pour son vocal ce qui donnait une consonance blues. En 1974 un journal titra « Le bluesman de la rue St-Jean » car il était natif de ce coin et le qualificatif a collé à son style pour ne jamais en démentir et devenir la légende blues que l’on connaît.

Il va faire cette tournée les 2 ou 3 prochaines années tout en ne refusant pas de nouveaux projets selon ce que la vie lui apportera, le temps faisant si bien les choses, comme le disait sa grand mère. Il est heureux de continuer avec des musiciens qui le complètent si bien : Bernard Deslauriers (batterie), Christian Martin (guitares), Jean Cyr (basse), Jean Fernand Girard (piano, chef d’orchestre et arrangements) ainsi que David Bellemare (saxophoniste) en remplacement de Guy Bélanger qui ne pouvait pas être là ce soir. Il avoue candidement avoir toujours le trac avant d’entrer en scène même s’il ressent l’amour de son public qui lui crie « On t’aime Bob » à tous les soirs et il les remercie de leur patience, de l’avoir attendu pendant 1 ½ à 2 ans et d’être là pour son retour.

En pleine discution avec Bob C’est le groupe de Québec « Whisky Legs » qui a eu le plaisir de réchauffer la salle . La voix chaude de Maude Brochu et le talent de son homme orchestre Pascal (guitare et batterie) nous prénètre et traduit bien le sentiment du moment. Elle sait motiver le public qui répond à ses directives et sait apprécier son talent et sa vivacité. On n’a pas fini de la voir sur les diverses scènes du Québec.

Bob Walsh, un passionné au cœur d’or, généreux, sincère s’offre tout entier avec un charme naturel. Un philosophe qui apprécie la vie en la fondant sur la sagesse d’une vie artistique de longue date, doit environ 50 ans et qui guitare à la main veut la partager avec tous ses fans qui sont venus de partout pour l’entendre. Il débute avec des pièces de son nouvel album « Smack dab in the middle » qui bouge et dans lequel on l’entend répéter « I want to rock’n roll to satisfy my soul » et il le fait si bien en contact parfait avec son public, en faisant passer l’essence même de la saveur de sa musique.

Bob Walsh « If Memphis don’t kill me », « Dance with me » avec une voix feutrée presque intime et pénétrante, « Ain’t no sunshine » avec un sourire qui nous montre bien son plaisir. Moments de purs bonheurs lorsqu’il interprète « What a wonderful world » et le magnifique et magique « The witer shade of pale » jouée de façon magistrale et qui a fait surgir des larmes de plusieurs fans qui ont été littéralement bouleversés par cette interprétation qui emplissait la salle d’un son se trouvant un chemin jusqu’à ce souvenir collectif qui se retrouve également sur le dernier CD « After the storm », mais cela vaut vraiment la peine de l’entendre « live » pour ressentir le frisson qui s’en dégage.

Après une soirée parfaite, on nous offre en rappel un « Stand by me » avec un arrangement particulier soutenu par des back vocals sans pareil ainsi que « After the storm » pièce titre qu’il dédie à « Madie mon ange-gardienne » avec une musique séduisante, remplie de reconnaissance et d’amour pour celle qui l’a aidé à traverser la tempête… tout simplement merveilleux se terminant sous un tonnerre d’applaudissements.

Média des 2 rives, votre source d'information sur ce qui se passe des deux côtés du fleuve soit Lévis et Québec