OPÉRA DE QUÉBEC –LE BARBIER DE SÉVILLE de Rossini!

Ayant eu le privilège d’assister à la première du « Barbier de Séville » lors de la générale présentée par l’Opéra de Québec, sous la direction générale et artistique de Grégoire Legendre, on peut vous certifier encore une fois que les organisateurs savent trouver la perle rare et y ajouter une distribution de très grand talent. Il y a Figaro (Armando Noguera, baryton) plus grand que nature accompagné de Rosina (Julie Boulianne, mezzo-soprano), du comte Almaviva (Antonio Figueroa, ténor), de l’infâme docteur Bartolo (Peter McGillivary, baryton), Basilio, le maître de musique (Jamie Offenbach, baryton-basse), Berta (Geneviève Lévesque, mezzo-soprano) , Fiorello (Dominic Veilleux, baryton) et un officier (Marc-André Caron, baryton-basse) ainsi que le Chœur de l’Opéra de Québec.

Opéra de Québec - Barbier de Séville Cette production du Barbier de Séville a été crée par le Pacific Opera Victoria en février 2016 avec la musique de Gioacchino Rossini, mise en scène de Morris Panych , est offerte en version originale italienne avec surtitres français et comporte deux actes. Vous aurez l’occasion d’y assister les 13, 16, 18 et 20 mai 2017 au Grand Théâtre de Québec. Sous la direction de Timothy Vernon C.M., chef d’orchestre, le talent des musiciens de l’OSQ est mis en avantage avec la qualité des pièces interprétées dont une superbe intro musicale qui nous amène dans le monde du Barbier de Séville; la musique augmente en intensité afin de mieux nous présenter les caractères des acteurs en jeu.

Le lever du rideau nous révèle un décor nocturne assez ingénieux conçu par Ken MacDonald qui se modifie selon le besoin et se colore selon le devis de Kimberly Purtell pour donner une teinte particulière se prêtant au jeu requis. Nous débutons à Séville où le comte Almaviva vient sérénader Rosina, la jeune et belle pupille du Docteur Bartolo qu’il a entrevu et dont il est tombé amoureux, donnant une belle scène de séduction sous le lampadaire grâce à l’aide de son serviteur Fiorello. Il a beau chanté mais il n’obtient pas de réponse, il aura donc besoin de l’aide de Figaro, le barbier-chirurgien du docteur qui pour de l’or l’aidera assurément. Lorsque Rosina apparaît enfin et lui demande de se présenter, il dit s’appeler Lindoro, un pauvre amoureux.

Opéra de Québec - Barbier de Séville Dès les premières scènes ont est happé par la beauté de cette brochette de chanteurs et musiciens qui se promènent dans ce décor très versatile, qui bouge bien et nous offre divers tableaux sans effort. Le visage et les manières d’être de Figaro nous montre bien son bonheur et qu’il est heureux de sa vie, surtout de s’amuser aux dépens des autres tout en les aidant. Beaucoup de va et vient, de personnages qui sont déguisés, d’imbroglios qui créent des situations parfois très loufoques et qui ont bien fait rire les élèves d’écoles de la région qui sont venues en classe musique, tout comme les invités et médias sur place. Le premier acte durant près de 1h30, il vaut mieux prendre nos précautions avant d’entrer dans la salle car on ne veut rien manquer et la pause est un peu éloignée.

Opéra de Québec - Barbier de Séville De chansons en scénettes, on ressent l’amour de Rosina pour Lindoro alias le comte Almaviva qui veut l’épouser et lui offrir son cœur et amour pour toujours. Figaro est un rigolo et cela donne une pointe comique dans tous les plans qu’il concocte pour aider les amoureux. Changements de décor, de couleurs et de costumes se succèdent sans arrêt, de jour ou de nuit, par beau temps ou même par une nuit d’orage aux effets savamment étudiés, de complots de chaque côté de l’amour pour la belle Rosina et ce souvent grâce à Figaro qui vibrant de vie, bouille de mille idées pour arriver à ses fins. Les costumes de Dana Osborne, apportent une touche encore plus véridique de l’époque et de Séville.

Opéra de Québec - Barbier de Séville On a multiples occasions d’entendre les belles voix puissantes, pleines d’émotions ou d’espoir de ces personnages attachants. D’un visuel absolument comique on assiste à de beaux duos et parfois même duels vocaux et avec la musique merveilleusement jouée par l’Orchestre Symphonique de Québec on a droit à une soirée splendide dont les acteurs/musiciens ont reçu de multiples ovations pendant leur prestation tout autant que lors du rideau final. Donc si vous n’avez pas encore vos billets, il serait temps de vous les procurer sur le site du Grand Théâtre de Québec. À ne pas oublier, le programme du « Barbier de Séville » qui vous offrira la biographie de chacun des intervenants et une mine de renseignements qui complèteront à merveille votre expérience.