ALAIN LEFÈVRE JOUE RACHMANINOV lors des matins en musique

ALAIN LEFÈVRE JOUE RACHMANINOV Dans le cadre de cette saison présentée par Hydro-Québec et des matins en musique avec l’OSQ, Alain Lefèvre est venu nous montrer comment il interprète le concerto pour piano no 1, en fa dièse mineur, opus 1 de Sergueï Rachmaninov avec l’appui du chef Stéphane Laforest qui dirige l’Orchestre Symphonique de Québec, ce jeudi 27 février 2014 à 10h30.

Dès 9h30 des centaines de spectateurs s’étaient réunis au foyer pour une causerie intéressante sur la musique, les instruments et expériences d’un joueur de trompette après avoir dégusté café et biscuits offerts à l’entrée. Ce type de programme permet à plusieurs de pouvoir assister à un concert sans perturber leur horaire en soirée et cela semble très apprécié car le parterre était plein. Un petit salut de la part des protagonistes puis Alain Lefèvre entre dans le vif du sujet, dès les premières notes, on sent la grandeur et la beauté du concerto pour piano.

La puissance des chutes, se mêlant à la poésie de la rosée et la course de la cascade dévalant les rochers dans une vaste forêt où la verdure juxtapose les teintes en s’amusant avec le soleil… on ressent vraiment l’inspiration de Rachmaninov lui venant de la nature qu’elle soit vivace, déchaînée ou simplement respirant la splendeur qui l’habite.

Les gradations de timbres du concert nous font voir les fantaisies de la montagne et ses pics aériens suivi d’une descente parfois tumultueuse avec une pause pour apprécier le paysage où coule un léger ruisseau décoré de fleurettes venues s’y reposer avant l’ultime soupir.

La musique de l’OSQ nous ramène à la terre, à la beauté simple de la nature, parfois éphémère car toujours en constante évolution, changeante selon son humeur, plus séduisante en Andante, se faisant coquette et rougissante sous les doigts agiles d’Alain Lefèvre dont les notes caressantes nous portent à la rêverie. On écoute ces notes magiques qui déferlent en nos cœurs pour un moment enlevant avant de reprendre de l’intensité en 3e partie toujours bien entouré.

Le chef, Stéphane Laforest qui fait onduler les mouvements ensoleillés ou orageux selon l’intensité du moment, le moindre tintement, coup d’archets, son de trompette ou coup de percussion ajoutent des textures supplémentaires à cette grande musique. On nous explique d’ailleurs que c’est le plus beau concerto pour piano no 1 jamais composé lorsqu’il était encore élève au Conservatoire, selon les explications du chef avant de continuer le programme prévu.

Puis l’OSQ enchaîne avec la symphonie 2 , en do mineur, opus 17 de Tchaïkovski communément appelée « Petite Russienne » qui nous garde sous le charme de leur interprétation pleine de vitalité, justesse et finesse même en matinée; leurs instruments chantant toujours aussi bien et délivrant avec brio les émotions de Tchaïkovski qui était de passage en Ukraine qui l’a inspiré à créer cette symphonie rappelant la Volga, le folklore russe et ukrénien qu’il a voulu mettre ainsi en valeur.

On a l’impression d’assister à un grand bal princier, voir des poupées russes tournoyant sur elles-même en dansant ou d’entendre marcher la garde au pas le tout sous un fond de tourmente ou de vivacité répliquée pour terminer sur un ton altier qui révèle l’aspect royal de la poésie musicale.

Le Virtuose Alain Lefebvre Une belle façon de débuter la journée et on pourra revivre ce genre d’expérience lors de la matinée du jeudi 13 mars lorsque Bertrand Chamayou pianiste, interprètera deux pièces de Manuel De Falla, Le « Tricorne suite no 2 » et « Nuits dans les jardins d’Espagne » qui sera en grande première la veille le 12 mars en soirée.

Média des 2 rives.com, votre source d'information sur ce qui se passe des deux côtés du fleuve soit Lévis et Québec