MARIO SAINT-AMAND présente 22 Câline de Blues


C’est à l’Impérial de Québec que la tournée de Mario Saint-Amand «22 Câline de Blues » s’est arrêtée le vendredi 7 novembre 2014 pour le plaisir de ses fans qui pour certains ont eu l’opportunité d’assister à la pratique en après-midi en plus de prendre des photos et d’interagir avec Mario et ses musiciens. Mais dès 19h, les portes se sont ouvertes et ceux qui attendaient déjà se sont précipités pour avoir une meilleure place.

Débutant avec « Câline de blues » il donne le ton à cette soirée qui nous gardera sous le charme du début à la fin. Étant une soirée hommage aux paroliers, on assiste au dévoilement de l’histoire du blues, de la création de ces méga succès par ces paroliers, poètes des mots, qui délivrent leurs états d’âme sur ces pages musicales. Mario Saint-Amand en plus de leur prêter voix, une voix remarquée et remarquable s’il en est une, nous fait connaître la raison, le sentiment, le moment, les situant pour nous sur le chemin du succès.

Mario Saint-Amand 22 Caline de Blues Après nous avoir dit qu’il faut que ça brasse avec « J’ai le rock’n roll pis toé », il passe soudainement de rocker à dentelle grâce à Pierre Côté et son intemporel « Pour une dernière fois » qui a le don de nous pénétrer l’âme lorsqu’on écoute les paroles et se laisse bercer par la musique. Un Plume qui écrit l’amour et nous conte « Prends pas tout mon amour avec toé » donne lieu à d’autres confidences de Mario, sur sa famille, son enfance, les fêtes de famille qui devaient être bien plaisantes.

Toujours aussi intense dans ses interprétations, il vibre blues et vit intensément le moment présent en regardant ses fans avec les yeux brillants de remerciement car ils ont répondu à son invitation. « Un beau grand bateau » de Denise Boucher touche encore et toujours le cœur des amoureux de Gerry et Mario Saint-Amand a le don de nous le garder « Toujours vivant ».

Sa façon de nous raconter ces chansons ajoute de la magie et parfois de la folie dans ses présentations qu’il écrive à quatre mains avec Jean-François comme avec « Divine » ou autrement, on sent qu’il a les sentiments à fleur de peau et que vraiment « Mes blues passent pu dans-porte » le tout accompagné de quatre très bons musiciens . Il s’offre avec authenticité et une grande intensité qui traduit sa manière d’être prêt à se battre tout en se laissant aller sur la musique « Comme un soldat », il est un pirate en cavale qui cherche à voler du temps; on sent sa rage monter, il combat en chantant.

Mario Saint-Amand 22 Caline de Blues À le voir on ne peux nier qu’il est un rocker particulièrement lorsqu’il nous crie « Je suis un rocker », plus à l’aise que jamais, sexy et se donnant entier , sans retenue allant à travers la salle pour rencontrer ses fans de plus près et lorsqu’il monte sur une table c’est l’euphorie totale dans la salle, il vire la cabane à l’envers et c’est une ovation spontanée qui fait lever la foule.

« Les yeux du cœur » lui colle à la peau et comme il est plus sensible à l’invisible ces paroles sont vraiment siennes « Aujourd’hui je vois la vie avec les yeux du cœur » et on peut dire sans aucun doute que Mario Saint-Amand a vraiment de beaux yeux… et le cœur sur la main. C’est un des moments forts où on entend vraiment le chœur des fans en action et cela ne dérougit pas jusqu’en finale. Il nous a amené dans un voyage musical sans pareil pratiquement interstellaire, qui nous a mené de rencontres du carré St-Louis jusqu’à une « Promenade sur Mars », toute une ride qui continuera encore pour plusieurs mois à travers la province.

Média des 2 rives.com, votre source d'information sur ce qui se passe des deux côtés du fleuve soit Lévis et Québec